Emile Biasini fut à la fois un grand administrateur et un authentique visionnaire. Il fit partie de ces quelques esprits éclairés qui se lancèrent avec peu de moyens mais avec une foi inébranlable dans l’aventure de la création du ministère qu’on appelait alors des Affaires culturelles. Conseiller technique d’André Malraux, puis directeur du Théâtre, de la Musique et de l'Action culturelle, il contribua activement à la création des premières maisons de la Culture.

Après avoir quitté la rue de Valois, il dirigea notamment l’ORTF puis la
Compagnie française de la télévision.

Par la suite, à la demande de Jacques Chaban-Delmas, il devint
président de la Mission interministérielle pour l'aménagement de la côte
Aquitaine.

Sous la présidence de François Mitterrand, Emile Biasini fut chargé de
coordonner les grands travaux. Il se consacra alors avec conviction et
enthousiasme à la mise en oeuvre du Grand Louvre, puis accompagna
la naissance de la Bibliothèque nationale de France en tant que
secrétaire d'État chargé des Grands travaux.

Son nom restera lié à des réalisations qui ont façonné en profondeur
notre paysage culturel, en même temps qu’elles ont élargi les publics et
les missions du Ministère dont il fut un serviteur constant autant qu’un
maître d’oeuvre avisé. Il occupe une place de premier ordre dans
l’histoire des politiques publiques de la Culture, dont il sut être à la fois
« l’abeille et l’architecte ».