Pour ce second volet de nos reportages sur le terrain, nous vous emmenons à l'Élysée, où la CRDOA a accompagné la Manufacture de Sèvres lors d'une journée de récolement.
Bienvenue dans les coulisses du palais !

La présidence de la République est le plus gros dépositaire de la Manufacture de Sèvres, puisqu'il dispose de plus de 70 000 pièces en dépôt, majoritairement constituées de services de table et de cabaret (le terme désigne les services à thé et à café) et d'une centaine d'objets décoratifs (vases, pots, décors de meubles...).

Les premiers dépôts de Sèvres à la présidence de la République remontent à 1848, sous la seconde République, et n'ont cessé depuis, quel que soit le régime politique de la France. Il est à noter que, depuis 2010, seules trois institutions continuent à bénéficier de dépôts de services de table de la Manufacture de Sèvres : les résidences présidentielles, les services du Premier ministre et le ministère de la culture. Des dépôts subsistent dans d'autres administrations, mais ils sont anciens ; ces administrations, désormais, procèdent à des achats, et rarement à Sèvres.

Le précédent (et premier) récolement engagé par la Manufacture remonte à 2012-2014. Afin de répondre aux objectifs de programmation fixés par la CRDOA, qui est de procéder au second récolement en 2022, les équipes de la Manufacture ont entamé ce second récolement dès l'automne 2021, avec un rythme d'une journée par semaine de travail sur place et la perspective de la terminer au printemps.

Le 7 décembre 2021, rendez-vous était donc pris à l'unité argenterie de la présidence de la République, abritée au premier étage de l'aile ouest du palais où sont gérés l'ensemble des services de table de la présidence : vaisselle, couverts, verres et accessoires de table. l'objectif de la journée était de récoler les assiettes du service Capraire, un modèle dessiné en 1826 (assiettes creuses et plates). Un travail fort long puisque, à la fin de la journée, 120 assiettes seulement ont pu être récolées.

De retour au bureau, s'ensuivra un long travail de recoupement entre toutes les sources et les constatation opérées sur place. Les données seront traitées dans la continuité de leur collecte afin de produire plus rapidement le rapport de mission qui sera rédigé une fois tous les récolements effectués. 

Illustration principale : Le récolement permet d'établir un état très précis de l'état d'usure de chaque pièce de vaisselle.

Illustrations du carrousel :

  1. M. Sylvain Pomart, argentier de l'Élysée, reçoit les équipes de la Manufacture dans l'argenterie où sont stockées l'argenterie, bien sûr, mais également une grande partie des services de table. Les pièces de Sèvres sont rangées au sein de plusieurs réserves de la présidence de la République.
  2. Le modèle Capraire, au décor en or, est un modèle créé en 1826 et dont le réassortiment a été régulier depuis la dernière livraison remontant à 1999. En tout, la présidence de la République dispose de vingt services de porcelaine de Sèvres, utilisés pour les dîners officiels : il s'agit de dépôts, pour lesquels la présidence de la République n'a pas passé de commande. Les repas du quotidien sont servis dans de la porcelaine de Limoges achetée auprès des fabricants selon les règles de la commande publique.
  3. Rangées avec soin lorsqu'elles ne servent pas, les assiettes sont protégées par des ronds de feutre. 
  4. Ce récolement est un second récolement : le travail documentaire, très long, qui consiste à identifier en amont toutes les pièces à partir des registres d'entrée en magasin et de sortie, croisés avec les notices de retours et des arrêtés de dépôts, a déjà été effectué au début des années 2010, même s'il reste toujours de nombreuses vérifications à faire. La journée sur place se prépare à partir de la liste de biens donnée en annexe du rapport de mission du premier récolement, visible ici sur l'écran d'ordinateur.
  5. Le marquage diffère sur chaque assiette, ce qui permet d'identifier les pièces de façon certaine.
    Figurent ainsi :
    - le marquage en creux, réalisé par le calibreur (non visible sur la photo) ;
    - la marque de fabrication (ici en noir, qui précise que l'assiette a été fabriquée en 1920, DA indiquant le type de pâte utilisée, soit ici porcelaine dure ancienne) ;
    - la marque  du doreur (en or) ;
    - la marque du dépositaire (ici l'Élysée).
    De très petites marques (notamment le point en or posé sous la marque de fabrication et le petit H noir, tout en haut de l'assiette) attestent du travail du fileur et du poseur de fond. En haut de l'assiette, en noir, figure le numéro d'inventaire de l'assiette, inscrit lors du premier récolement.
    Toutes ces marques permettent d'identifier sans hésitation des pièces de Sèvres qui pourraient se retrouver sur le marché privé. Aujourd'hui, les œuvres en dépôt à la présidence de la République sont strictement contrôlées et suivies, et les pièces non localisées sont très rares : ces dix dernières années, seule la perte d'une assiette a été constatée en 2017.
  6. Les marques du premier récolement ont parfois été effacées. Après confrontation avec les données du premier récolement, le numéro est réinscrit au cours de la séance avec un feutre à encre réversible puis recouvert d'une couche de vernis.
  7. Chaque assiette est soigneusement examinée et les marques d'usure sont systématiquement notées afin d'établir un constat d'état précis et versé dans la base pour sa mise à jour. Lorsque les assiettes sont trop abîmées, elles sont réexpédiées à la Manufature où elles sont dédorées afin que l'or puisse être récupéré.