Le 11 mai, Frédéric Mitterrand accompagnait à Metz le Président de la République Nicolas Sarkozy qui a inauguré l'antenne décentralisée du musée d'art contemporain de la place Beaubourg à Paris.

Un nouveau musée pour la Lorraine. Le Centre Pompidou Metz, qui ouvre ses portes le 12 mai, est le premier exemple de décentralisation d'une grande institution culturelle nationale. Conçu par le Japonais Shigeru Ban et le Français Jean de Gastines, ce nouveau musée est principalement financé par les collectivités locales, qui ont pris à leur charge l'essentiel du coût du bâtiment (86 millions d'euros) et de son fonctionnement (10 millions d'euros en 2010).
Le bâtiment de 10000 m2, dont la moitié consacrée aux espaces d'exposition, se présente comme trois parallélépipèdes superposées, coiffés d'un chapeau chinois. L’ensemble est porté par une flèche centrale de 77 mètres et six piliers coniques.
Le Centre Pompidou Metz se trouve au cœur de ce qui sera bientôt le quartier de l'Amphithéâtre où sont en construction des logements, des commerces, une cité des congrès et une médiathèque.
Proche de l'Allemagne, du Luxembourg et de la Belgique, Metz n'est qu'à 80 minutes de Paris grâce au TGV. Une passerelle permet de passer de la gare au Centre en moins de cinq minutes. 200 000 visiteurs sont attendus en 2011.

Une présentation régulièrement renouvelée. Au terme de sept ans de gestation dont trois ans et demi pour la construction du bâtiment, cette première antenne décentralisée du Centre Pompidou proposera à ses visiteurs une présentation régulièrement renouvelée de la création moderne et contemporaine, cela dans tous les domaines, peinture, sculpture, architecture, design et nouveaux médias.
Une rotation des œuvres sera assurée tous les deux ans avec des expositions temporaires, montées à partir des collections du musée national d'art moderne du Centre Pompidou de Paris, riche de quelque 65.000 références,

L'exposition inaugurale. Intitulée « Chefs-d’œuvre? », elle présente 780 œuvres, prêtées pour l'essentiel par le Centre Pompidou et déployées sur 5.000 m2, une surface d’exposition plus vaste que celle des Galeries nationales du Grand Palais. Des Matisse, Picasso, Kandinsky, Miro, Léger ou encore Giacometti ont ainsi quitté Paris pour au moins six mois et parfois plus d'un an.
Avec son point d’interrogation, le titre de l’exposition nous invite à une réflexion sur les critères qui font d’une œuvre un Chef-d’œuvre. L’exposition nous en montre une quantité impressionnante. Mais elle propose aussi à notre circonspection sinon à notre admiration un certain nombre de toiles qui furent presque unanimement tenues pour tel et qui, aujourd’hui, sont remisées dans les réserves.
Lors de son parcours, le visiteur doit passer sous un grand miroir. Un façon de lui indiquer que c’est le regard qui fait le chef-d'œuvre ?

Pour son inauguration, le Centre Pompidou-Metz ouvre gratuitement ses portes au public du 12 au 16 mai. Le 15 mai, dans le cadre de la Nuit des Musées, le Centre Pompidou Metz ouvrira ses portes toute la nuit.