Pour leur 7e édition les 17, 18 et 19 juin, les Journées nationales de l’archéologie (JNA) ont déployé des trésors d’imagination en faveur des publics en situation de handicap ainsi que du jeune public. Organisées par l’Inrap – institut de recherches archéologiques préventives – les JNA sont aujourd’hui un temps fort de valorisation de la discipline.

A la rencontre des publics spécifiques

C’est la première année qu’une mobilisation aussi massive se fait autour des publics dits spécifiques – en particulier. Organisateur de ces journées, l’Inrap a demandé à tous les acteurs en lien avec l’archéologie d’imaginer des activités innovantes, originales et interactives, notamment en faveur des publics malentendants et malvoyants. Et les 610 organisateurs passionnés de manifestations s’y sont tous mis : opérateurs de fouilles, organismes de recherche, universités, musées et sites archéologiques, laboratoires, associations, centres d’archives et collectivités territoriales. Ainsi, pour les personnes malentendantes, la production et la mise en ligne d’audiovisuels sous-titrés en français. Pour les mal-voyants, une documentation adaptée, c’est-à-dire imprimée en gros caractères, mais aussi – surtout ! – des visites de fouilles adaptées en langue française des signes. Cette année, dix chantiers « adaptés » sont ouverts aussi bien en centre-ville qu’en zone rurale : à Angers, Beire-le-Châtel, Cléon, Le Mans, Lille, Montauban, Montélimar, Mouroux, Nancy, Saint-Dizier. Prévoir des chaussures adaptées aux conditions de chantier.

Visites de fouilles en langue des signes, chantiers adaptés pour les malentendants et malvoyants... cette année, les Journées nationales de l'archéologie ont répondu aux défis des publics spécifiques

Sensibiliser le jeune public

Les jeunes, grands consommateurs d’images d'actualité, connaissent bien les dangers qui menacent le patrimoine mondial et peuvent entraîner sa perte irrémédiable. Les JNA sont là pour les sensibiliser au patrimoine archéologique de proximité, celui de leur région. Le vendredi 17 juin, d’ailleurs, est entièrement consacré au public scolaire et propose des visites et ateliers exclusifs au sein de centres de recherche, de musées ou autres lieux culturels. Ce jour-là, les élèves qui ont pris part à des projets d’éducation artistique et culturelle restitueront leurs recherches. Ce sera le cas à Autun avec Cold Case, affaire non classée… àBesançon avec Oups ! Y’a un os et Rome sweet home… à Chagny avec Au-delà des vivants : espaces sacrés, rituels et archéologie… à Macon avec Au-delà des vivants… à Villers-Bocage avec Soldats voyageurs. Ce sera aussi le cas à Aubigny avec Aubigny au temps des Gaulois avec le conseil municipal des enfants, et à Bonifacio avec la présentation des travaux du concours Archeolog’. Mais c'est à Bondy que revient sans doute la palme de l'innovation : les élèves du collège Pierre Curie présenteront, sous forme d'une conférence, le résultat de leurs recherches et leur rapport de fouilles. De septembre 2015 à juin 2016, en effet, s'est déroulée dans leur collège une "vraie" résidence d’archéologue, avec un "vrai" archéologue, Cyrille Le Forestier, archéo-anthropologue à l'Inrap.

Rendez-vous avec le grand public

Rendez-vous des familles et du grand public, les JNA proposent 1130 manifestations – des plus loufoques aux plus sérieuses, des plus classiques aux plus innovantes – à travers 620 lieux de la France métropolitaine et des DOM TOM. On compte cette année 43 "portes ouvertes" sur des chantiers de fouille en cours – toujours très prisées du public. Vingt centres, exceptionnellement ouverts ces jours-là, dévoileront les coulisses de l'archéologie à travers des visites guidées, jeux de pistes ou ateliers. La surprise viendra des 9 "Villages de l'archéologie" implantés à Besançon, Bonifacio, Bordeaux, Hostens, Lorient, Lyon, Marseille, Nice, Rezé. Au musée d'histoire de Marseille, plus gros "village", aura lieu la restitution d'un campement militaire avec des modules de fouilles et un atelier pour apprentis céramologues. Sur le site "Cap Sciences" de Bordeaux, on pourra s'essayer à l'art du feu et à l'archéologie expérimentale. A Lorient, on s'initiera à l'étude des pollens et on fabriquera des bières gauloises. Un peu partout, auront lieu des balades archéologiques en canoé-kayak ou à vélo, et des dégustations de cuisine romaine ou de jus de fruits mérovingiens.

L'Inrap, qu'est-ce que c'est ?

L'Institut national de recherches archéologiques préventives assure depuis 2010 la coordination et la promotion des Journées nationales de l'archéologie (JNA). Avec plus de 2000 collaborateurs et chercheurs, c’est la plus importante structure de recherche archéologique française, et l’une des toutes premières en Europe.

Il réalise la majorité des diagnostics archéologiques et des fouilles en partenariat avec les aménageurs privés et publics : soit plus de 2000 chantiers par an.

Ses missions s’étendent à l’exploitation scientifique des résultats et à la diffusion de la connaissance archéologique au public.

Les JNA sont aujourd’hui le temps fort de valorisation de la discipline. En 2015, plus de 1000 manifestations ont été organisées et 140 000 visiteurs, accueillis.