Si la région est désormais couverte par un réseau moderne de bibliothèques de bonne qualité architecturale sur une grande moitié de son territoire, il reste encore quelques zones à pourvoir pour que tous les habitants du Limousin puissent également bénéficier d’un service de lecture publique performant. Les différents projets en cours laissent à penser que cette couverture devrait pouvoir se faire dans les 10 prochaines années.

Le Limousin, région rurale et largement montagneuse est composé de trois départements, la Haute-Vienne, la Corrèze et la Creuse. Hormis Limoges en Haute-Vienne et Brive-la-Gaillarde en Corrèze, qui dépassent 50 000 habitants, les autres villes, y compris Tulle et Guéret, capitales départementales, n’atteignent pas les 20 000 habitants. Les 750 000 habitants de la région sont donc, très largement les habitants de petites et moyennes communes comptant entre 10 000 et quelques centaines d’habitants. Habitat dispersé, réseau routier accidenté du fait d’une géographie montagneuse et autoroutes rares, font que le réseau des bibliothèques a peiné à se construire. Ici le travail des bibliothèques départementales a été et est encore déterminant pour assurer une desserte des communes les plus éloignées des lieux pouvant offrir des équipements de lecture publique aux dimensions de surface et de collections répondant aux besoins des populations présentes sur le territoire. Les bibliothèques départementales doivent desservir environ 300 000 habitants des communes de moins de 10 000 habitants, soit un peu moins de la moitié de la population régionale.

Limoges et Brive-la-Gaillarde, les deux communes les plus vastes et les plus riches de la région se sont relativement tôt, équipées de grandes bibliothèques :
Limoges a pu bénéficier du programme des BMVR (Bibliothèque Municipale à Vocation Régionale) en 1992 pour ouvrir un magnifique bâtiment neuf, s’appuyant sur un ancien hôpital, en centre ville, remplaçant l’ancienne bibliothèque et animant un réseau de cinq bibliothèques de quartier qui restent à moderniser. La bibliothèque du Val de l’Aurence est en complète restructuration : l’ancien bâtiment sera détruit et laissera place à une bibliothèque agrandie, modernisée et davantage intégrée dans le tissu urbain environnant. La réouverture est prévue au second semestre 2014.
Brive-la-Gaillarde a transformé en 1989 un ancien bâtiment au cœur de la cité en bibliothèque centrale et aménagé une annexe de quartier. Aujourd’hui La municipalité souhaite repenser ces équipements afin de pouvoir répondre aux nouveaux besoins des lecteurs et compléter le réseau pour être au plus près de la population. En 2013, l’annexe des Chapelies fera place à une bibliothèque rénovée et enrichie, le pôle universitaire de Brive accueillera un espace dédié aux habitants du quartier. Enfin, la restructuration complète de la bibliothèque centrale est en cours d’étude.

Tulle, préfecture de la Corrèze, freinée par la petite taille de la commune et de ses ressources a du attendre la création de la communauté de communes pour lancer un très beau projet architectural de médiathèque centrale à vocation intercommunale qui a ouvert ses portes en 2010.

Guéret, préfecture de la Creuse, s’est appuyée sur la nouvelle communauté de communes pour offrir aux habitants de la ville et des environs un équipement aux dimensions de la population et offrant de nouveaux services et de nouvelles collections. La nouvelle bibliothèque a ouvert également ses portes au public en 2010.

Aujourd’hui une cinquantaine de bibliothèques aux normes de l’État sont construites et desservent plus des 400 000 habitants que comptent ces communes, soit plus de 50% de la population de la région. Des projets émergent aujourd’hui qui tendent à compléter la couverture du territoire régional par des équipements aux normes de l’État. Ces établissements qui se trouvent pour certains d’entre eux dans des communes de moins de 10 000 habitants, transforment les services offerts par les bibliothèques départementale de prêt, qui s’appuient sur eux pour renforcer leur réseau de desserte.

Au nord de la Haute-Vienne, la communauté de communes du Haut-Limousin a lancé la construction d’une bibliothèque centrale à Bellac qui anime un réseau de trois bibliothèques dans trois communes de son territoire, Nouic, Mézière-sur-Issoire et Bussière-Poitevine.

Au sud de ce département, Nexon, commune moyenne, engagée dans une politique culturelle dynamique avec notamment la présence d’un pôle national du cirque, a mis en chantier la construction d’une bibliothèque aux dimensions du bassin de population élargi. La médiathèque Markoff a ouvert ses portes en septembre 2012.

Les communes de la périphérie de Limoges se sont également lancées dans des constructions et des agrandissements de leurs bibliothèques ne répondant plus aux besoins de populations grandissantes. Ainsi Bonnac-la-Côte a inauguré sa bibliothèque en 2010, Panazol a transformé son équipement en une bibliothèque innovante, ouverte depuis novembre 2012, Condat-sur-Vienne, et Rilhac-Rancon ont lancé des projets en cours d’aboutissement.

En Creuse, à l’ouest du département, Auzance, puis la communauté de communes d’Evaux Chambon ont lancé l’aménagement de bibliothèques vastes dans des bâtiments d’écoles désaffectés. Mais le territoire de ce département manque encore d’équipements structurants, notamment à Boussac et à Aubusson.

En Corrèze, des petites communes de la périphérie de Tulle, Lagraulière et Seilhac ont construit des bibliothèques récemment, mais le territoire est encore sous équipé notamment au sud, dans la vallée de la Dordogne. L'ouverture de la nouvelle médiathèque d’Argentat complète le maillage du territoire, tout comme le fera sur le plateau de Millevaches, la bibliothèque de Meymac, actuellement en cours de construction et qui sera reliée à la bibliothèque intercommunale d’Ussel. Ces villes moyennes sont enserrées dans des communautés de communes, comptant lycées et collèges et divers équipements commerciaux et administratifs, attractifs pour les populations de leur bassin.

Pour en savoir plus :
Les bibliothèques de lecture publique (bibliothèques municipales ou intercommunales, bibliothèques départementales de prêt) remettent chaque année au ministère de la Culture et de la Communication un rapport statistique, qu’il est désormais possible de consulter sous forme de données brutes ou sous forme d’une restitution cartographique sur le site de l’Observatoire de la lecture publique.

Joëlle Cartigny, conseillère livre et lecture, Drac Limousin