Dans le cadre de l’année anniversaire du titre de Maître d’art, l’Institut National des Métiers d’Art a développé un partenariat avec la SNCF – Gares et Connexions – pour présenter le travail de ces talentueux artisans dans plusieurs gares françaises.

Le premier espace choisi est la gare de Lyon, à Paris. Il faut s’arrêter dans le hall 3, niveau 1, de la gare de Lyon, à Paris, pour découvrir librement 43 photos en noir et blanc fixées sur des panneaux de plus de deux mètres de haut qui épousent du 15 mars au 30 avril les parois de ce lieu de passage. Il s’agit du résultat des visites du photojournaliste Edouard Elias dans les ateliers des artisans parisiens. Sous le titre « Un nouveau regard sur les Maîtres d’art », il communique avec ses grands formats leur savoir-faire dans une ambiance empreinte d’intensité et d’intimité. Des ateliers portent la trace du savoir accumulé et des générations qui ont pris la relève les unes après les autres. D’autres bousculent l’image traditionnelle de l’artisan d’art et prennent des allures de laboratoires de recherches. Fourmilières ou havres de paix, les ateliers des Maîtres d’art sont des lieux de création, de réflexion et surtout des lieux de transmission. Pendant deux mois, à la demande de l’INMA, le reporter a sillonné les routes de France pour aller à la rencontre des Maîtres d’art et de leurs Élèves. Une autre série de clichés mettant en scène les artisans du Grand Est sera exposée en mai et juin dans la gare de Strasbourg, puis de juillet à septembre, celle de Toulouse rendra hommage à des femmes honorées de ce titre prestigieux.

En 1994, le ministère de la Culture lance une initiative originale afin d’assurer reconnaissance et longévité à l’ingéniosité française dans les métiers d’art. Il crée le titre de Maître d’art pour sauver les savoir-faire rares qui menacent de s’éteindre. Le titre est une distinction pour ceux qui le portent. C’est également le seul sésame pour participer au programme "Maîtres d’art - Élèves", un programme unique en Europe qui accompagne la transmission des savoir-faire devenus très rares, excepté dans quelques ateliers. Distingués pour la singularité de leur savoir-faire, les Maîtres d’art se sont engagés à transmettre. L’enjeu : pérenniser les savoir-faire qui incarnent la spécificité des métiers d’art, participent à la vie économique et culturelle française et pour lesquels l’offre de formation est restreinte ou inexistante. En 25 ans de transmission, 132 Maîtres d’art ont été les ambassadeurs précieux de 95 savoir-faire rares.