Les langues de l’immigration contribuent à la diversité culturelle qui caractérise la France. Elles sont pratiquées à des degrés divers, sur un mode toujours mineur par rapport à la langue majoritaire : dans le milieu familial, dans le cadre de démarches administratives et d’accès au droit, au travail entre personnes d’une même nationalité ou communauté, dans les associations culturelles,dans les médias communautaires, etc.

Qu’elles soient considérées comme un handicap ou une richesse, ce sont les représentations autant que les faits qui font débat. Pourquoi et comment reconnaître des langues minorées en raison du statut socio-économique de leurs locuteurs ? Comment les prendre en compte dans une éducation au plurilinguisme ? De quelle manière les valoriser dans un cadre professionnel et à quelles fins les investir dans les pratiques culturelles ?

La journée d’étude « Migrer d’une langue à l’autre », initiée en 2013 et reconduite en 2014, poursuit une triple ambition : poser les termes du débat, affirmer une vision positive des langues de l’immigration, réfléchir aux moyens de les valoriser. En effet, arabe maghrébin, berbère, turc, wolof, bambara, pulaar, cantonnais, wenzhouhua, portugais et toutes les autres langues de l’immigration s’installent au cœur d’enjeux patrimoniaux : il est dès lors légitime qu’elles trouvent leur place dans la réflexion menée par le Musée national de l’histoire de l’immigration.

De même, la pratique des langues d’origine relève du champ des politiques linguistiques en matière de plurilinguisme, élaborées par la Délégation générale à la langue française et aux langues de France. Cette vocation croisée ouvre la voie à une collaboration sur la prise en compte des langues des migrants et des langues non-territoriales dans les politiques culturelles, politiques qui participent par ailleurs à l’effort de cohésion sociale et contribuent à la promotion de la diversité culturelle.

Vous trouverez ci-dessous les captations des deux journées ainsi que des extraits choisis.

1- Ouverture
2- Exposé introductif : Penser le rapport des langues entre elles
3- Table-ronde 1 : Quelle pédagogie du plurilinguisme entre langue de la famille et langue de l’École ?
5- Exposé introductif : Les langues de l’immigration dans les enquêtes publiques
6- Table-ronde 2 : Les enseignements de l’enquête « Information et vie quotidienne »
7- Table ronde 3 : Quels outils pour mesurer la présence des langues de l’immigration ?
8- Restitution des ateliers par les rapporteurs
9- Conclusion par Louis-Jean CALVET, suivie d'un entretien avec Xavier NORTH