A l'initiative du ministère de la Culture et de la Communication se sont tenues les 8, 9 et 10 février 2012 à l'École nationale supérieure d'architecture de Paris-Belleville des rencontres sur la recherche en art, doublement constituées d'un forum national des écoles supérieures d'art et d'un colloque international.

Forum de la recherche des écoles supérieures d'art le 8 février 2012 de 15h à 19h
Premières rencontres nationales de la recherche des écoles supérieures d'art, sous tutelle du ministère de la Culture et de la Communication, le forum propose six plateformes de présentation des lignes de recherche développées par les artistes, enseignants, chercheurs dans les écoles supérieures d'art dans les domaines de l'art, du design, des sciences humaines et du numérique. Il concerne les artistes, enseignants et étudiants impliqués dans les projets de recherche et leurs partenaires. 

Colloque international les 9 et 10 février 2012
Recherche en art et dans l'enseignement supérieur artistique
Ce colloque souhaite faire un point sur le paysage de la recherche artistique en France et dans le monde, dans la diversité des pratiques, expériences en cours et initiatives relatives à sa prise en compte dans l'enseignement supérieur. Il conviera des exposés et interventions d'artistes, commissaires, critiques, chercheurs, universitaires et responsables d'organismes de recherche.

Le forum et le colloque ont eu lieu à l'École nationale supérieure d'architecture de Paris-Belleville, 60 boulevard de la Villette - 75019 Paris. M° Belleville.

Manifeste du colloque international Art et recherche - Texte de Jehanne Dautrey, hilosophe, coordinatrice scientifique du colloque

Les réformes de l’enseignement supérieur, les évolutions que connaît le milieu de l’art et la perspective du développement d’une recherche en art conduisent les acteurs de l’art contemporain – écoles, artistes, centres d’art – à s’inscrire dans des activités autres que la production et la diffusion, en dialogue avec les champs déjà constitués du savoir. Au rebours de ce que l’on pouvait craindre, cette évolution n’a pas réduit les ambitions de l’art d’incarner une dimension de résistance à l’univocité du sens.

Tandis que la recherche accompagnait à l’université une spécialisation des disciplines, la recherche en art intervient quant à elle à un moment où la notion de discipline, en tant que champ de pensée et de pratiques homogènes développées entre des spécialistes, entre en crise : leurs spécificités et leurs territoires ne disparaissent pas mais se trouvent soumis à des pratiques d’hybridation, d’ouverture, de débordement critique. Comment se situer dans ce territoire en mutation ? Par la manière dont elle n’exclut aucune question, aucun objet, aucun matériau, on peut imaginer que l’indiscipline intrinsèque à la logique artistique soit à même d’accompagner la réflexion critique que les disciplines scientifiques conduisent sur elles-mêmes. Autrement dit, la recherche en art ne serait pas tant recherche de l’art sur lui-même qu'une exploration et une traversée des autres savoirs, de leurs objets, leurs objectifs et leurs méthodes.

D’où un certain nombre de questions. Dans quelle mesure et de quelle manière les expérimentations élaborées à cette occasion permettent-elles de déployer de nouveaux liens entre discours et images, pensée et sensation, expérimentation et réalisation ? Dans quelle mesure la recherche en art, en valorisant la possibilité d’une connaissance sensible et non verbale, proche en certains points d’une anthropologie visuelle mais ne se confondant pas avec elle, peut-elle devenir un terrain dans lequel développer une nouvelle forme de savoir ? Dans quelle mesure la recherche en art renouvelle ou revisite-t-elle les outils de la recherche – matériaux, méthodes, archives, documents ? Comment affirmer une modernité de la recherche en art qui ne fasse pas fi de la forte histoire de cette ambition dans les arts du passé, mais la ressaisisse au contraire dans le mouvement même où elle revendique son originalité et sa spécificité actuelles ? Quels sont, au plan national et international, les cadres et les structures institutionnels les mieux à même de former les leviers de cette recherche en art ?

L’ambition de ce colloque qui, sous des formes multiples, sollicitera les arts visuels et les autres arts, est donc de faire le point, au sens optique et intellectuel du terme, sur le nouveau paysage de la recherche artistique tel qu’il se dessine en France et à l’étranger. Loin de chercher à imposer une vision normative ou un modèle à suivre, il s’agit de donner une visibilité à une multitude de pratiques, de collaborations, d’initiatives portées par les acteurs autant que par les structures, selon des dispositifs à chaque fois différents. On souhaiterait que l’aperçu diversifié ainsi déployé permette à chacun de se doter d’outils et d’idées nouvelles pour dessiner les contours singuliers de ce champ de la recherche en art.

Plus qu’un champ, peut-être s’agira-t-il au final de faire apparaître l’image d’une recherche en archipel, originale dans ses agencements et sa capacité à trouver sa place dans les nouvelles structures de la recherche académique.