Depuis 2003, 180 pays ont ratifié la convention de l’Unesco pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.

PCI est l’abréviation de « patrimoine culturel immatériel », c’est-à-dire l’ensemble des pratiques, expressions ou représentations qu’une communauté humaine reconnaît comme faisant partie de son patrimoine, parce qu’elles procurent à ce groupe humain un sentiment de continuité et d’identité. Ces pratiques concernent principalement les expressions et traditions orales, les pratiques sociales, les rituels, les événements festifs, les savoirs et pratiques relevant des arts du spectacle, les savoir-faire artisanaux et les connaissances en lien avec la nature et l’univers. L’implication des personnes ou groupes porteurs de ces pratiques culturelles immatérielles est la condition première de la sauvegarde de ce type de patrimoine, conformément aux objectifs de la Convention de 2003.

Cadre juridique

La France a ratifié en juillet 2006 cet instrument international. Depuis lors, sa mise en œuvre est confiée, au ministère de la Culture, au département du Pilotage de la recherche et de la Politique scientifique (DPRPS) (arrêté du 17 novembre 2009 sur l’organisation de la direction générale des Patrimoines). Dix ans plus tard, le patrimoine culturel immatériel a été inclus dans la définition officielle du patrimoine en France (loi relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine, 7 juillet 2016).

Politique ministérielle du PCI

Le DPRPS met en œuvre l’Inventaire national du PCI en France, accompagne les candidatures aux dispositifs de reconnaissance instaurés par l’Unesco dans ce domaine, diffuse et promeut les enjeux de ce champ patrimonial et conduit des actions de recherche et de valorisation. Pour les futurs professionnels du patrimoine et acteurs culturels, il élabore des ressources métier et propose des formations initiales et continues. Il assure le secrétariat du Comité du patrimoine ethnologique et immatériel (CPEI) et coordonne un réseau national, constitué, dans ce domaine particulier, des conseillers Ethnologie et référents PCI dans les directions régionales des Affaires culturelles, des onze Ethnopôles labellisés par le Ministère (dont six accrédités par l’Unesco), de fédérations (Fédération des écomusées et des musées de société (FEMS), Fédération des acteurs et actrices des musiques et danses traditionnelles (FAMDT), Fédération nationale des parcs naturels régionaux (FNPNR), par exemple) et de multiples associations spécialisées. Au sein de la Maison des Cultures du monde, le Centre français du patrimoine culturel immatériel (CFPCI), Ethnopôle et association accréditée par l’Unesco, est un partenaire essentiel pour l’animation des différents réseaux associatifs, professionnels et scientifiques de ce secteur. Enfin, la recherche sur le PCI peut compter sur plusieurs unités et laboratoires (Université, CNRS) étudiant les politiques patrimoniales en France et dans le monde, dont le Lahic (IIAC, CNRS/EHESS).

Inventaire national du PCI

L’article 12 de cette Convention enjoint aux États parties de dresser et tenir à jour l’inventaire des pratiques culturelles immatérielles présentes sur leur territoire. Le DPRPS est responsable de la réalisation de l’Inventaire du PCI en France, enrichi constamment par des candidatures spontanées et un appel à projets annuel. Les détenteurs de pratiques inscrites à l’Inventaire reçoivent l’emblème « PCI en France » pour valoriser leur implication dans la démarche de sauvegarde et de transmission de leurs traditions vivantes.

Candidatures à l'Unesco

Le DPRPS assure le suivi méthodologique et l’instruction des projets de candidatures en vue de l’inscription, nationale ou multinationale, d’éléments du patrimoine culturel immatériel français sur les listes établies par l’Unesco : Liste représentative du PCI de l’humanité, Liste de sauvegarde urgente et Registre des bonnes pratiques de sauvegarde. Ces dispositifs de reconnaissance sont expliqués sur le site de l’Unesco dédié au PCI.

Recherche et valorisation

Journées d’étude, colloques, conférences, expositions, etc., sont très régulièrement organisés par les différents membres, publiques et privés, du réseau du PCI en France. Lorsqu’elles sont soutenues ou co-élaborées par le DPRPS, ces actions prennent place en complément d’un soutien plus global à l’ethnologie de la France et à l’anthropologie du patrimoine (recherche, formation, publication, création audiovisuelle). Ainsi, des prix du PCI sont attribués à l’occasion des festivals « Cinéma du réel » et « Jean-Rouch » (comité du Film ethnographique), qui promeuvent les films ethnographiques.