En 2020, la Cie A Portés de Mains propose une création partagée sur le quartier des Dervallières à Nantes, avec pour objectif principal la découverte et la pérennisation de la pratique de cette discipline artistique, le Cirque, en partageant les matières issues du spectacle Mle…, défendu sous, sur et autour du chapiteau.

Parallèlement à ce projet, reporté en partie en raison du contexte sanitaire, avec une proposition allégée pour cet été, nous souhaitons proposer sur ce même quartier, un spectacle plus mobile et adapté.

Fais comme l’oiseau est un spectacle familial, autour des thèmes d’actualité des migrations et des libertés.
Cette proposition, sur l’espace public - sans la nécessité de la présence de la piste et toile du chapiteau Gino - intervient toujours sur les disciplines et l’esthétique de la Cie A Portés de Mains où le cirque se nourrit d’autres disciplines telles que le théâtre et la musique.

Les thématiques que nous souhaitons partager sont issues de celles utilisées dans nos spectacles – vélo acrobatique, équilibre sur objets et portés acrobatiques - et de ces autres disciplines qui les traversent – le texte, la voix, le chant, la rythmique, la musique.

Des temps de médiation sont mis en place, en amont ou en aval, en direction des habitants. Nous nous appuierons sur les= structures ou évènements du quartier, pour donner du sens et de la visibilité à nos interventions et faire écho et valoriser - par le partage de compétences et expérience - les événements d'un quartier sensible et prioritaire.

« Fais comme l’oiseau »
Acrobaties vélocipédiques poétiques et musicales "Un monde sans oiseaux est inimaginable".
Ces mots de l'écrivain Jean Rolin dans le Traquet kurde paru en 2017 ont conduit Solen Henry sur les routes des oiseaux migrateurs et des hommes qui les suivent. Avec son solo de vélo acrobatique - accompagné de Sébastien Gazull au piano et au chant - l'artiste cherche un chemin entre Baudelaire et Perret, entre Poelvoorde et Fugain où l'on parlerait de disparitions et de migrations en poésies et en chansons.

Ici, le vélo symbole du voyage tourne en rond et fait du surplace. Une belle métaphore que nous offre le cirque pour prendre de la hauteur sur un sujet qui disparaît dans l'actualité