Il est un endroit dans le monde où plus rien ne règne sauf le mouvement. Rien n’est établi, ni les idées, ni les principes.
Tout est mouvement: l’envol ou l’effondrement, les postures et la respiration, les corps, les regards…

Imaginons que tout s’écroule dès le début pour permettre une nouvelle donne: Relancer la machine humaine avec comme seul crédo la spontanéité.
Une nouvelle société scénique va naître dans les ruines de la musique
D’abord avec de nouveaux chemins de corps : chercher une manière différente de se mouvoir, de changer sa verticalité, essayer des appuis même fragiles.
Les danseurs vont réapprivoiser l’espace de manière libre, instinctive et tumultueuse. Dans ce fiévreux va et vient, ils vont aspirer à de nouveaux codes humains: se poser la question de la liberté absolue et de l’équilibre social.
Comment coexister sans dominer, en tolérant d’autres genres? Entrer et sortir des ensembles, stopper la cadence ou participer à l’allure des individus évidemment pluriels. La fragilité des corps bruts et massifs, la résistance des formes légères et frêles, vont semer le trouble... L’intime est perturbé mais le choeur groove et balance dans cette cacophonie corporelle. 

Une chose est sûre, nous vivons une semaine riche en rencontres et en émotions!

Programme :

Mardi 29 juin - 15h45
Saint Nazaire (Ecole primaire, séance scolaire)
Mercredi 30 juin - 19h
Théâtre de verdure // Saffré
Jeudi 1 juillet - 19h30
Usine désaffectée // Le Poiré sur Vie
(en partenariat avec l'entreprise ALEGINA)
Vendredi 2 juillet -18h
place des Dervallières // Nantes