Afin de permettre au public d’apprécier les effets d’une politique méconnue de l’État, la DRAC de Normandie met en ligne une publication électronique présentant de manière très concrète des actions culturelles exemplaires réalisées en 2015 dans le Calvados, la Manche et l’Orne dans le cadre du programme interrégional Culture-Justice.

Depuis de nombreuses années, les ministères de la Justice et de la Culture et de la Communication mènent une politique com­mune en faveur de l’accès à la culture de toutes les personnes placées sous main de justice.

S’appuyant sur la convention de l’Unesco sur la diversité culturelle ratifiée par la Communauté européenne le 18 décembre 2006, sur la loi d’orientation du 29 juillet 1998 relative à la lutte contres les exclusions et sur certains articles du Code de procédure pénale, cette politique nationale entend favoriser le renforcement de l’estime de soi des personnes sous main de justice et leur intégration scolaire et professionnelle. Elle s’est traduite en Normandie par la signature d’une convention (renouvelée en 2015) entre la direction régionale des affaires culturelles de Normandie, la direc­tion interrégionale des services pénitenti­aires de Rennes, la direction de la protection judiciaire de la jeunesse du Grand-Ouest et la Région.

Dans le Calvados, la Manche et l’Orne, les actions culturelles sont mises en œuvre grâce à la mission régionale Culture-Justice assurée par le Centre régional des Lettres et aux coordonnatrices de l’action culturelle des services pénitentiaires d’insertion et de probation qui travaillent en étroite collaboration avec les acteurs culturels du territoire.

Désireux de mettre en valeur cette politique méconnue, les différents services de l’État impliqués et la Région Normandie ont confié à la DRAC de Normandie le soin de réaliser une publication électronique qui présente de manière concrète onze projets phares réalisés en 2015 dans l’ouest de la Normandie dans le cadre du programme Culture-Justice.

Comprenant une fiche par projet, ce document permet de comprendre le déroulement de chaque action et d’appréhender la grande variété des intervenants et des domaines abordés, qui embrassent l’ensemble des champs de la culture, de l’art du goût aux monuments historiques en passant par l’opéra ou le cinéma d’animation.

Les témoignages inclus dans les fiches, qu’il s’agisse du ressenti des participants, des intervenants ou du personnel pénitentiaire, apportent également un aperçu précieux de l’impact positif des actions menées.

Cette publication montre que les efforts déployés par les pouvoirs publics pour permettre aux personnes suivies par la Justice de bénéficier d’actions culturelles de qualité ne sont pas vains. Même si ces respirations culturelles sont par nature limitées dans le temps, elles permettent souvent à ce public fragilisé de faire de nouveau l’expérience de la vie collective et du partage de valeurs communes dans une perspective de reconstruction personnelle. C’est sans doute là une des plus belles justifications de l’action culturelle de l’État.