Découvrez le camp de prisonniers allemands de La Glacerie, un site récemment fouillé dans le cadre d'une opération d'archéologie préventive et qui a permis d'éclairer un pan oublié de l’histoire de la Seconde guerre mondiale.

Le camp de prisonniers de La Glacerie, un site oublié

Malgré l’âpreté des combats, les armées alliées parviennent à libérer la Normandie à l’été 1944 faisant au passage de nombreux prisonniers allemands. Pour les accueillir, des camps sont rapidement organisés. C’est le cas de celui de La Glacerie, situé à 3 km de Cherbourg, qui est mis en place le 1er août par les autorités militaires américaines. Le camp, le premier du genre en Normandie, fonctionnera jusqu’en 1946 avant d’être rasé et de disparaître rapidement de la mémoire locale.

À l’occasion d’une opération d’aménagement, un diagnostic archéologique met en évidence en 2006 des traces du camp de travail. Une opération de fouilles préventives est décidée en 2008. Elle est confiée à l’opérateur Oxford Archéologie Grand Ouest qui procède à l’étude d'une partie du site au début de l’année 2009

S’appuyant sur une étude historique et une enquête ethnologique menée auprès des témoins survivants, la démarche scientifique suivie, dont il convient de souligner l’originalité, a permis de mesurer et de confronter les apports respectifs de ces trois disciplines pour la compréhension d’un passé récent.

Les premiers résultats archéologiques ont également apporté une validation matérielle des connaissances sur l'organisation et la vie dans ces camps qui étaient surtout connus par le biais de l'histoire orale.

Le second numéro d’une publication électronique grand public consacrée à l’archéologie en Basse-Normandie

Conformément à sa mission de diffusion les résultats de la recherche scientifique en matière d’archéologie, la DRAC a créé une collection électronique présentant au grand public les sites importants récemment fouillés ou en cours de fouilles en Basse-Normandie.

Après la parution en 2012 d’un premier numéro consacré à une halte de chasse de Néandertaliens au Rozel, le second opus de cette collection, consultable sur le site de la direction régionale des affaires culturelles de Basse-Normandie, vous invite à redécouvrir, en compagnie de François Fichet de Clairfontaine, un aspect peu connu de la Libération et de l’immédiate après-guerre.