Le Festival de Royaumont est composé de rencontres avec des artistes à découvrir. La grande manifestation baroque du Val d'Oise, soutenue par la Drac Île-de-France, engage un autre regard sur la musique et la danse et offre au public toute la diversité des formes artistiques d'hier et d'aujourd'hui. Du 21 août au 3 octobre, quatre manifestations sont organisées par week-end, avec 28 concerts et spectacles au total.

 

Le Festival accorde la (re)découverte du répertoire et les œuvres de l'époque actuelle. Musique ancienne, création contemporaine, recherche chorégraphique et musiques transculturelles se côtoient et invitent le public à des rendez-vous exceptionnels. Partitions inédites, rares ou méconnues, Danse autour de l'orgue avec les lauréats de la Fondation Royaumont, Coup de grâce, œuvre du chorégraphe Michel Kelemenis, les Variations Goldberg interprétées par Jean-Luc Ho sur la copie d’un clavecin de 1732, Le siècle de Saint-Saëns avec un choix de pièces méconnues du compositeur, des duos pianos-voix pour la Nuit de la mélodie et du lied, Mahler en héritage, Le siècle de Saint-Saëns...  Musique, chant et chorégraphie ravissent à partir du 21 août l'abbaye d'Asnières-sur-Oise. "Le temps du Festival est la consécration de notre retour à la vie. L’automne sera une fête" témoigne Francis Maréchal, Directeur général de la Fondation Royaumont

Le 21 août, le concert de l’Académie de musiques transculturelles (création 2021) inaugure l'événement artistique avec les instruments du monde. Le musée du quai Branly - Jacques Chirac et Royaumont provoquent la rencontre du sitariste Ashraf Sharif Khan et de jeunes musiciens venus de tous horizons. Improvisations et œuvres des lauréats sont présentées. Les actuelles restaurations d’instruments du musée du quai Branly – Jacques Chirac rappellent la mission de la Fondation Royaumont : redonner vie au patrimoine grâce à la présence agissante d’artistes. L’abbaye s’est donc inspirée de la démarche du Musée pour lancer une nouvelle académie et pour proposer ainsi à 10 jeunes musiciens de venir à la rencontre d’un détenteur de savoirs traditionnels. Pour cette première édition, le rôle de l’artiste passeur est dévolu au flûtiste Jocelyn Mienniel (artiste en résidence à Royaumont (2020-2022) et celui du maître au joueur de sitar Ashraf Sharif Khan.

Le soir même, un spectacle chorégraphique signé Michel Kelemenis. Coup de grâce est une évocation picturale et poétique de l’attaque du Bataclan en novembre 2015. Parce que le 13 novembre 2015 au soir, Michel Kelemenis créait un spectacle tandis que des terroristes attaquaient le Bataclan. Son nouveau spectacle résonne encore de cette confusion des émotions.

Coup de Grâce  © Agnès Mellon

Invoquant une actualité contemporaine marquée par la violence de masse, les destructions iconoclastes et les bouleversements de fond, le chorégraphe marseillais dessine des tableaux inspirés par moments de la peinture religieuse, à d’autres de L’Enfer de Jérôme Bosch.

Opus#1 Danse autour de l'orgue. Œuvres musicales et chorégraphiques de lauréats de la Fondation autour de Thomas Lacôte (artiste en résidence (2019-2021)

L'orgue de Royaumont provoque une rencontre entre compositeurs, chorégraphes et danseurs. Thomas Lacôte interprète attitré actuel, également titulaire du grand orgue de l'église de la Trinité, a imaginé, avec le chorégraphe Hervé Robbe, directeur artistique du Pôle Création chorégraphique de la Fondation, d’inviter de jeunes artistes à danser autour de l’orgue. Sur de nouvelles partitions, écrites pour l’occasion, des chorégraphes mettront en scène de 8 courtes pièces chorégraphiques. L'orgue Cavaillé-Coll, avec ses trois claviers, ses 2 573 tuyaux rutilants est le clou de la première"Saison musicale" (l’ancêtre du Festival) de l’abbaye.

Le 22 Août The river. Attachés l’un à l’autre, des danseurs déséquilibrés recréent le lien inaltérable d’Orphée avec sa femme, Eurydice. Autour de l’œuvre chorégraphique d’Antoine Arbeit (artiste en résidence Parcours création – jeune talent (2021)) qui signe la chorégraphie, Lucie Gemon et Gaspard Charon pour la danse. Avec la bourse d'aide à la création : Les Ateliers Médicis par le programme Création en cours et Accueils Studio : La Briqueterie - CDCN du Val-de-Marne ; Le CND – Pantin.

Le 29 août retour à La Grange cistercienne de Vaulerent. Stimmung de Karlheinz Stockhausen par l'Ensemble Neue Vocalsolisten. Une œuvre ouverte, écrite pour un chœur mixte de six chanteurs, qui traverse le temps sans rien perdre de sa force. Concert hors-les-murs précédé d’une rencontre autour de l’œuvre. Des visites guidées de la grange cistercienne de Vaulerent sont proposées de 13h à 15h et à l’issue du concert, sans réservation, sur présentation du billet

Le 4 septembre les Variations Goldberg de Jean-Sébastien Bach sont interprétées par Jean-Luc Ho (artiste en résidence (2018-2021)) sur la copie d’un clavecin Vater de 1732, pour revenir au plus près de la partition originelle.

Lorsque Jean-Sébastien Bach les fait publier, en 1741, il les intitule Aria avec différentes variations pour clavecin à deux claviers. Même si elle est souvent jouée au piano, la partition a été spécifiquement pensée pour un instrument comparable à celui que le facteur Antoine Vater a fabriqué en 1732. La Fondation en dispose d’une copie, dont le musicien en résidence Jean-Luc Ho a pu découvrir toutes les subtilités.

Royaumont participe depuis plus de 40 ans – depuis 1980 exactement, date du premier stage français de chant baroque, organisé par la Fondation – au renouveau des recherches sur la musique baroque. Photo © Neo Tony-Lee

Le 5 septembre, Concerts de l’Académie Voix Nouvelles (création 2021), avec l’Ensemble Exaudi, Ensemble Linea, Ensemble Voix Nouvelles Thomas Lacôte (orgue) et Jean-Philippe Wurtz à la direction. Créations des lauréats : Jean-Patrick Besingrand (France), Paulo Brito (Brésil), Brendan Champeaux (France), Louis Golford (U.S.A.), Sarah Grace Graves (U.S.A.), Matteo Gualandi (Italie), Diego Jiménez Tamame (Espagne), Krõõt-Kärt Kaev (Estonie), Josephine Macken (Australie), Soyeon Park (Corée du Sud), Anna-Louise Walton (U.S.A.), Julie Zhu (U.S.A.) Alberto Carretero création, commande de Christine Jolivet Erlih à ce lauréat de l’Académie Voix

11 septembre, Nuit de la mélodie et du lied. Après Marie-Laure Garnier, "Révélation lyrique" de l’année 2021, la nouvelle promotion de l’Académie Orsay-Royaumont. Distribution : Axelle Fanyo soprano, Adriano Spampanato piano, Grace Durham mezzo soprano, Edward Liddall piano, Kaëlig Boché ténor, Jeanne Vallée piano. Programme : Claude Debussy, Henri Duparc, Gabriel Fauré Les Berceaux,Guy Ropartz Camille Saint-Saëns, Louis Aubert, Francis Poulenc, Jacques Ibert, Pyotr Ilitch Tchaikovski,  Antonín Dvořák, Maurice Ravel

© dr Festival de Royaumont

En février dernier, Marie-Laure Garnier a été sacrée "Révélation lyrique de l’année" aux Victoires de la musique classique. Preuve, s’il en fallait encore, de la pertinence de l’Académie Orsay- Royaumont, que la jeune soprano a fréquentée juste avant, en compagnie de la pianiste Célia Oneto Bensaid… Cette formation permet en effet à des duos de parfaire pendant un an leur connaissance de l’art du lied et de la mélodie sous la houlette de professionnels respectés, tels que Véronique Gens, Stéphanie d’Oustrac ou Christoph Prégardien. Une nouvelle promotion – la troisième – célèbre ce soir à la fois le lancement de son disque collectif, fraîchement paru chez B-Records, et le début d’une tournée internationale. Axelle Fanyo a servi de modèle à l’affiche du Festival 2021. Mais ces jeunes artistes – désormais imprégnés des vers de Victor Hugo ou Charles Baudelaire, ainsi que des notes de Claude Debussy, Piotr Ilitch Tchaïkovski ou Maurice Ravel – méritent tous une égale attention.

Formations professionnelles suivies à Royaumont
Axelle Fanyo : 2014 : formation opéra et mélodies avec Mireille Delunsch. 2015 : formation autour de Mahler et Strauss avec Waltraud Maier. 2017 : formation mélodies françaises avec Dame Felicity Lott. 2021 : Académie Orsay-Royaumont. Adriano Spampanato : 2021 : Académie Orsay-Royaumont Grace Durham : 2021 : atelier d’interprétation dramatique et musical Agrippina de Haendel avec Mariame Clément et Benoît Hartoin. 2021 : Académie Orsay-Royaumont. Edward Liddall : 2020 : formation mélodie et musique de chambre "Saint-Saëns" avec Jean-François Heisser, Yann Beuron, Gérard Caussé. 2021 : Académie Orsay-Royaumont. Kaëlig Boché : 2020 : formation mélodie et musique de chambre "Saint-Saëns" avec Jean-François Heisser, Yann Beuron, Gérard Caussé. 2021 : Académie Orsay-Royaumont. Mikhail Timoshenko : 2021 : Académie Orsay-Royaumont. Elitsa Desseva : 2021 : Académie Orsay-Royaumont

 

26 septembre, Mahler en héritage. À la rencontre d’une nouvelle génération d’interprètes des lieder mahlériens, formée par le légendaire baryton Thomas Hampson.

Mozart / Mahler. Mahler aimait Mozart -"Mozart !", tel fut le dernier mot de Gustav Mahler - dont il a souvent dirigé les œuvres. François-Xavier Roth réunit à nouveau les deux compositeurs (Sabine Devieilhe soprano (actuellement artiste de la saison 20/21 à l’Opéra national de Paris), Orchestre Les Siècles, direction François-Xavier Roth).

En ouverture de ce programme (Gustav Mahler Symphonie n°4), Wolfgang Amadeus Mozart Alcandro lo confesso, Vorrei spiegarvi, oh Dio ! (extrait de l'opéra Il curioso indiscreto), Al Destin che la minaccia (extrait de l’opéra Mitridate), Symphonie n°36 (dite Linz). L’orchestre de François-Xavier Roth, Les Siècles interprète sur des instruments historiques la Symphonie n°4 de Gustav Mahler, pièce presque classique et décriée du temps du compositeur, dans laquelle Theodor Adorno voyait un hommage à l’auteur de La Flûte enchantée.

Le 2 octobre, D'un cœur charmé. Le jeune ensemble baroque poursuit sa redécouverte de la "cantate française", le genre qui a enchanté le Siècle des Lumières. Distribution : Le Consort (Ensemble en résidence (2020-2022)), Théotime Langlois de Swarte et Sophie de Bardonnèche violon baroque, Hanna Salzenstein, violoncelle, Justin Taylor clavecin, Julie Roset dessus, Gwendoline Blondeel dessus, Edwin Fardini basse-taille.

L'ensemble ramène à la vie le Siècle des Lumières, au travers de compositeurs presque oubliés tels que Louis-Antoine Travenol (qui s’est maintes fois querellé avec Voltaire), Nicolas Bernier (qui a succédé à Marc-Antoine Charpentier comme maître de musique de la Sainte-Chapelle de Paris) ou Louis- Joseph Francoeur (qui a dû abandonner son poste de directeur de l'Opéra à la Révolution)

Le Consort © Julien-Benhamou

Le 3 octobre, Le siècle de Saint-Saëns. Un choix de pièces injustement oubliées de Camille Saint-Saëns, à l’occasion du centenaire de sa disparition. Distribution : Fanny Clamagirand violon, Vanya Cohen piano, Anne-Lise Polchlopek* mezzo-soprano, Nicolas Royez* piano (*Lauréats de la Fondation)

En cette année anniversaire, deux duos se sont donnés pour mission d’y défricher de nouvelles voies. Le premier, composé d’Anne-Lise Polchlopek et de Nicolas Royez, a participé à la formation organisée l’année passée à l’abbaye, aux côtés des plus grands spécialistes actuels de l'œuvre du compositeur. La mezzo-soprano et le pianiste ont choisi de remettre en lumière les mélodies du grand amoureux de la poésie et de la langue française qu’était Saint-Saëns. L’autre duo, formé par Fanny Clamagirand et Vanya Cohen, s’attache plutôt aux versions les plus intimistes des pièces données par les orchestres.

Spectacle jeune public

12 septembre, Le Serpent des mers et autres contes  - Jocelyn Mienniel, Angela Flahault. Une flûte voyageuse rencontre une tribu de contes. Ensemble, ils dessinent des paysages, affrontent des créatures fantastiques… Distribution : Jocelyn Mienniel (artiste en résidence (2020-2022)) flûtes du monde entier, guimbarde, kalimba Angela Flahault contes, chant. Une production Drugstore Malone.

Drugstore Malone est une compagnie qui bénéficie de l’aide à la structuration par la DRAC Ile-de-France.

19 septembre  - Victorine - Sébastien Laurent, Annabelle Rosenow.  Une évocation fantaisiste de la destinée de la jeune femme Victorine Meurant qui a servi de modèle au Déjeuner sur l'herbe de Manet pour sa célèbre toile de 1862. Elle est également l'héroïne d'un album pour enfants de Claire Cantais, Votez Victorine. Distribution : Sébastien Laurent (artiste en résidence Parcours création – jeune public (2021)) chorégraphie et danse, Annabelle Rosenow danse. Programme : œuvre de Sébastien Laurent, sur des musiques de Scarlatti

2 octobre - La Fontaine en musique, Le Consort, Manuel Weber. Quand le jeune ensemble baroque fait briller une nouvelle lumière sur ces fables, elles retrouvent le pouvoir de surprendre. Le corbeau et le renard, Le chêne et le roseau, Le loup et le chienLes Fables de Jean de La Fontaine n’ont pas attendu notre ère pour être populaires. Dès leur parution, à la fin du XVIIe siècle, les récits imagés du moraliste ont très vite atteint le plus grand nombre, bien au-delà des dédicataires initiaux, tous proches de Louis XIV (le Grand Dauphin, Madame de Montespan, le duc de Bourgogne). Louis-Nicolas de Clérambault, l’un des compositeurs majeurs du règne suivant, s’en est emparé une trentaine d’années plus tard et, avec l’aide d’un poète resté anonyme, en a proposé une version musicale. Distribution : Le Consort (Ensemble en résidence (2020-2022)), Théotime Langlois de Swarte et Sophie de Bardonnèche violon baroque, Louise Pierrard viole de gambe, Justin Taylor clavecin Marthe Davost soprano Manuel Weber comédien.

Programme du Festival