"Savez-vous que votre cathédrale est une des plus belles choses qui soient au monde ? L'intérieur est ce que j'ai vu de plus admirable dans ma vie" .
George Sand, 1831 (à propos de la cathédrale de Bourges)

Les travaux en cours 2018-2023 :

2018 : la mise en conformité des installations électriques a été effectuée. Opération de travaux à 1,20 M€ TTC.

2018-2019 : la restauration des toitures des bas-côtés (travées 1 à 5) a été achevée. Opération de travaux à 2,8 M€ TTC. Les baies hautes du côté nord ont été restaurées à cette occasion.

La restauration des toitures (travées restantes des bas-côtés + pilier butant) se poursuivront les années suivantes à compter de 2020, en 2 opérations estimées à 2,5 M d’€ chacune ; un chantier qui pourrait s'achever en 2023.

Après ces opérations, la restauration des gâbles et du grand housteau, la façade occidentale constituent à ce jour les prochaines priorités pour ce qui concerne les maçonneries extérieures. L’enduit des voûtes fissuré et purgé de ses éléments instables donne à l’intérieur de l’édifice un aspect particulièrement vétuste. À terme, une restauration devra être envisagée.

De 2001 à 2014

Les cinq portails de la façade ouest, le portail sud et le portail nord, tous précieusement sculptés, ont été restaurés de 2001 à 2011 (3,90 M€). Ces chantiers ont permis de redécouvrir d’importants vestiges de la polychromie d’origine et d’identifier avec précision les interventions opérées au XIXe siècle en particulier par le sculpteur Caudron.

La totalité de la statuaire exceptionnelle de ce monument est aujourd’hui restaurée.

Depuis 1998, l’État, propriétaire de la cathédrale, a consacré plus de 18 M€ aux travaux d’entretien, de restauration, de conservation et de valorisation de la cathédrale Saint-Étienne.

De 2009 à 2014, la restauration des toitures du grand comble de la nef (4,20 M€) dont l’état sanitaire devenait préoccupant a été assurée, un chantier de grande ampleur (la dernière campagne de travaux remontant à 1887).

--

La symandre (2016-2018)

Classée au titre des monuments historiques par arrêté du 29 août 2016, la cloche de bois (ou symandre) de Saint-Étienne de Bourges (photo ci-dessus), instrument unique en France, a fait l’objet d’une étude et d’une opération en conservation-restauration initiées par la DRAC Centre-Val-de-Loire-Conservation régionale des monuments historiques (CRMH).

Entreprise : Les Métiers du Bois (Bourges)  -  Financement État :80 742,86 € TTC (restauration, mise en sécurité des espaces de la tour nord,mise en valeur électrique et réalisation d'un film)

Compte tenu de la fragilité de l'instrument ancien, présenté dans une des salles de la tour nord, une réplique à la même échelle a été réalisée. Elle restitue la symandre dans sa configuration d’origine. L'Association des Amis de la cathédrale a réuni la somme de 25 300 € TTC avec l'aide des mécènes : Crédit Agricole, Monin, Dactyl Buro, Morin et Laiteries Rians.

La réplique est installée à son emplacement d'origine, elle a sonné pour la première fois lors de la Semaine Sainte, le 31 mars 2018. (ci-dessous, photo de la réplique en cours de montage par Alain Bienaymé, Compagnon Charpentier aux Métiers du Bois).

- -

Le film présenté ci-dessous a été commandé par la DRAC et réalisé par Anne SAVALLI (produit par Kanari Films). Il présente la démarche suivie pour la restauration de la cloche de bois et les étapes de la réalisation de sa réplique. Il permet également de faire entendre le son si particulier de cet instrument.

Cathédrale Saint-Étienne de Bourges : sa cloche de bois