Créé en 1946, le corps des Architectes des bâtiments de France (ABF) appartient depuis 1993 au corps des AUE (Architectes et Urbanistes de L’État) ayant choisi l’option « Patrimoine ». L'ABF a pour mission d’entretenir et conserver les monuments historiques qu’ils soient protégés ou non, et de veiller au respect de la qualité de l’habitat (constructions neuves et réhabilitations) aux abords des monuments historiques et dans les autres espaces protégés.

 

Le rôle des ABF en Bretagne comme sur le reste du territoire est déterminant dans la préservation et l'évolution des centres anciens. Ils exercent dans chaque département au sein des Unités départementales d'architecture et du patrimoine (UDAP) qui sont des services des Directions régionales des affaires culturelles (DRAC).

Leur mission est double. Les ABF ont, à titre principal, en charge l'entretien et la conservation des monument historiques et veillent également à la gestion des espaces protégés.

Habiter l'ancien : le rôle des Archirectes des Bâtiments de France

Entretien et conservation des monuments historiques

L’ABF dirige les travaux d’entretien sur les édifices classés monuments historiques lorsque la maîtrise d’ouvrage est assurée par le ministère chargé de la Culture ou que les propriétaires ou affectataires reçoivent une aide financière de L’État. Il contrôle également les travaux sur les édifices inscrits à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques.
Il est en outre conservateur des monuments historiques appartenant à L’État dans son département et affectés au ministère de la Culture, sous réserve de quelques exceptions.

Gestion des espaces protégés

L’ABF veille à l’application des lois sur les :

  • abords des monuments historiques (loi du 23 février 1943 aujourd’hui livre VI du Code du Patrimoine) ;
  • espaces inscrits ou classés au titre des sites (loi du 2 mai 1930) ;
  • secteurs sauvegardés (loi du 4 août 1962 dite « Loi Malraux » visant à prévenir la destruction des centres anciens) ;
  • Zones de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager (loi du 7 janvier 1983).

Dans le cadre du contrôle de ces espaces protégés, l’ABF émet un avis sur toute demande d’autorisation de travaux (permis de construire, permis de démolir, permis de lotir, certificats d’urbanisme, implantations de lignes électriques, déboisements, localisations d’enseignes et de publicité, etc.). Assorti ou non de prescriptions, son avis s’impose à l’autorité compétente (le plus souvent le maire) qui délivre ou non l’autorisation. Selon la protection de l’espace et le type de travaux, il s’agit d’un avis « conforme », ou d’un avis « simple ».

Avis conforme : l’autorité (maire ou préfet) qui délivre l’autorisation est liée par l’avis de l’ABF ; elle ne peut s’y opposer qu’en engageant une procédure de recours auprès du préfet de région.


Avis simple : l’autorité qui prend la décision n’est pas liée par l’avis de l’ABF ; elle peut passer outre à celui-ci et engage alors sa propre responsabilité, l’avis faisant référence en cas de contentieux.

 

Les Architectes des bâtiments de France ont aussi pour mission la sensibilisation et la pédagogie en direction des élus et du public, et le maintien des savoir-faire, des techniques et matériaux traditionnels.