Les Arts de l'Islam sont à l'honneur au musée des Beaux-Arts de Rennes du 20 novembre 2021 au 27 mars 2022.

Coproduite par La Réunion des musées nationaux – Grand Palais, le musée du Louvre et plusieurs musées en région, l'exposition a été inaugurée en même temps dans 18 villes de France samedi 20 novembre 2021.

Inauguration de l'exposition © DRAC Bretagne

Richesse et métissage des arts de l'Islam

A travers une sélection d'œuvres issues des collections nationales et territoriales françaises, ces expositions témoignent de la richesse culturelle de l'Islam depuis treize siècles, en rappelant qu'il peut être arabe, iranien, indien, asiatique ou africain.

Sont mis en lumière les formes multiples (religieuses, civiles et militaires), les motifs décoratifs, les matériaux de fabrication qui témoignent de la circulation des hommes et des idées dans la civilisation islamique, qui puise sa source tant dans les capitales historiques de l'Islam (Damas, Bagdad, Le Caire, Cordoue, Tunis) que dans les capitales plus tardives (Samarcande, Boukhara, Istanbul, Ispahan, Agra, Fatehpur-Sikri ou Lahore). A travers l'architecture, les arts du feu, ceux du métal, des pierres dures et de l'ivoire, des étoffes et du cuir, transparaissent les héritages et les savoir-faire des cultures byzantine, arménienne, wisigothique, perse et indienne.

Déjà riche des influences et ressources disponibles sur ses immenses territoires, peuplés de musulmans et de non-musulmans, la civilisation islamique s'enrichit encore des échanges sur ses marges avec l'Occident chrétien mais également avec la Chine.

Frise architecturale à inscription coranique, Iran, fin du XIVe siècle © DRAC Bretagne.   

Diversité de provenance des œuvres présentées au musée des Beaux-arts de Rennes

  • Les 24 objets présentés  permettent de voyager à la fois dans le temps et  l’espace vers leurs zones d'origine : de l'Iran du XIXe siècle à la Sicile du XIIIe siècle en passant par l'Espagne du XIVe et  la Turquie ottomane de la sublime porte ou le Bengale du XVIIIe siècle ;
  • Les collections françaises auxquelles ils appartiennent désormais l'illustrent également. Le musée des Beaux-arts de Rennes, le trésor de la cathédrale de Vannes mais également le Fonds régional d'art contemporain (FRAC) pour la Bretagne avec le musée du Louvre et celui des armées, ont contribué à réunir des œuvres exceptionnelles.

Cerf et paon acier damassé et damasquiné d'or et d'argent, Iran, seconde moitié du XIXe siècle © DRAC Bretagne.

La majorité de l’exposition est constituée des pièces appartenant au musée des Beaux-arts de Rennes. Certaines ont été réunies par Christophe-Paul, marquis de Robien, vicomte de Plaintel, né à Robien, près de Quintin (Côtes-d’Armor), le 4 novembre 1698. Magistrat, devenu président à mortier au Parlement de Bretagne à l’âge de vingt-six ans, il est également versé dans les sciences de son temps. Le marquis est surtout connu pour le cabinet exotique qu'il a constitué et documenté. En effet, en 1754, le conseiller du roi Jean-Aymar Piganiol de la Force (1669-1753) signale aux voyageurs qu’ils ne doivent pas quitter Rennes "sans voir le cabinet d’antiquités et d’histoire naturelle de M. le Président de Robien, qui n’a rien épargné pour satisfaire son goût sur ces matières". Plusieurs pièces  de ce cabinet et objets d'art qualifiés à l'époque d'"orientaux" permettent d'illustrer la diversité des arts de l'islam.

Des étuis à arc en velours brodés d'or issus de ce cabinet sont présentés de part et d'autre d'un autre étui serti de pierres précieuse et de perles offert en 1742 au roi de France Louis XV par l'ambassadeur ottoman Saïd Pacha. Prélevé dans le trésor du palais impérial de Topkapi à Istanbul, cet objet de prestige à rejoint les joyaux de la Couronne de France avant d’intégrer les collections du musée de l'armée.

Étui à arc, Turquie XVIIIe siècle © DRAC Bretagne.

Conservés également en Bretagne, issus du trésor de la Cathédrale de Vannes, une crosse en ivoire d'origine sicilienne et un sac à reliques en soie aux motifs inspirés de l’écriture arabe, témoignent de l’influence et de la diffusion de l'art  islamique.

Crosseron en ivoire à décor animalier, Sicile, XIIe ou XIIIe siècle, et sac à reliques en soie lamée d'or et d'argent, Espagne, XIIe ou XIIIe siècle © DRAC Bretagne.

Coupe à l'arbre peuplé d'oiseaux fabriquée selon la technique du lustre métallique, probablement Espagne entre le XIIe et le XVe siècle © DRAC Bretagne.

La création contemporaine est également présente avec une œuvre  issue des collections du Fonds régional d'art contemporain (FRAC) Bretagne : Blue Linen, Hassan Sharif, 2015, pièces d'aluminium et de coton sur tissus de lin

 

Pour en savoir plus :

  • Le dossier de presse consacré aux 18 expositions  :

dp_islam.pdf

pdf - 8 Mo
Télécharger