Monsieur le Secrétaire général du Conseil, cher Jeppe Tranholm-Mikkelsen,

Monsieur le Secrétaire d’État chargé des Affaires européennes, cher Clément Beaune,

Monsieur le Représentant permanent de la France auprès de l’Union européenne, cher Philippe Leglise-Costa,

Monsieur le Secrétaire général de la Présidence française de l’Union européenne, cher Xavier Lapeyre de Cabanes,

Madame la Présidente de l’Institut Français, chère Eva Nguyen Binh,

Monsieur le Directeur du Mobilier national cher Hervé Lemoine,

Chère Adeline Rispal,

Mesdames et Messieurs,

C’est un très grand plaisir d’être parmi vous pour inaugurer ces formidables aménagements artistiques et scénographiques qui habilleront les bâtiments du Conseil de l’Union européenne, comme le veut la tradition, tout au long de la présidence française.

De la ruse de Pénélope aux maîtres de Flandre, des tapisseries royales des Gobelins à celles de Bohême, l’art tisserand anime depuis toujours l’imaginaire et la vie marchande de notre continent. C’est le vecteur d’échanges techniques, économiques et culturels particulièrement féconds, qui témoignent des goûts et des sensibilités que les Européens ont en partage.

Avec « L’Étoffe de l’Europe », le Conseil se dote d’une création magnifique, chargée de symboles, qui s’inspire librement de nos ambitions et de notre vision pour notre présidence européenne.

Je tiens tout d’abord à féliciter pour leurs réalisations les Ateliers Adeline Rispal, architectes et scénographes, le Si-Studio irrésistible, agence de design et de création graphique, ainsi que Les éclaireurs, agence de conception lumière.

Ensemble, et avec le concours de l’Institut français, ils ont réalisé une œuvre puissante, qui célèbre la créativité de l’Europe et des Européens, tout en offrant une métaphore ambitieuse de notre projet humaniste.

Les aménagements des bâtiments Europa et Justus Lipsius illustrent l’excellence de la création française, et son ambition à rayonner dans toute l’Europe et au-delà. C’est aussi une invitation à bâtir tous ensemble une relance européenne solidaire et durable.

Ce projet emblématique a été choisi au terme d’un concours organisé par le secrétariat général pour la Présidence française de l’Union européenne.

Pas moins de 12 candidatures ont été reçues, un chiffre qui témoigne de l’intérêt que porte nos créateurs à la scène artistique européenne, et au projet de notre Union.

 « L’Étoffe de l’Europe » investit à partir d’aujourd’hui et pour six mois, pas moins de 7 espaces dédiés des deux bâtiments du Conseil, des halls aux salons d’accueil, en passant par les ascenseurs, les couloirs, et même les bureaux. Marquée par la diversité des supports, elle compte en particulier deux chefs-d’œuvres qui viennent marquer le point d’orgue de cet aménagement artistique : l’installation textile monumentale de l’Atrium du Justus Lipsius, et la fresque de data-tissage du Forum Europa.

Entre tradition et modernité, au carrefour de l’art, de l’artisanat et de la technique, ces deux monuments marqueront, durablement, je le sais, tous ceux qui les découvriront.

Aux couleurs des drapeaux des États membres, les fils de chaîne s’étendent en retraçant l’histoire de l’Union européenne, tandis que les drapeaux des États qui ont présidé le Conseil de l’Union européenne en assurent la trame, et, ainsi, la cohésion de l’ensemble.

Signature de la Présidence française, ce motif incarne les destins croisés des Européens et la puissance de leur collectif. Il est décliné dans tous les aménagements, sur des médiums et des traitements plastiques d’une très grande variété.

Il entre en dialogue avec de nombreuses œuvres inédites, commandées à des créateurs d’exception, comme l’œuvre numérique et sonore originale Aour Europe, réalisée par Jacques Perconte, mais aussi avec des pièces issues du Mobilier national comme des œuvres des designers Philippe Nigro, Ligne Roset, Olivier Gagnère ou encore Maximum.

Au-delà de son exigence artistique, je tiens à souligner le fort parti pris environnemental de « L’Étoffe de l’Europe ».

L’ensemble de cet aménagement obéit en effet au principe de la réutilisation, du circuit court, et de matériaux durables. J’en veux pour preuve, entre autre, la ligne de paravents de Jeanne Goutelle, où la passementerie a été élaborée à partir de déchets industriels.

Je suis aussi très heureuse de la large part laissée à la jeune création artistique française dans cet ensemble.

Grâce à l’exposition Décors et paysages, dont le commissariat est assuré par Lola Meotti, que je remercie pour son engagement, dix jeunes artistes français, qui ont en commun leur formation en Belgique et leur grand talent, voient leurs œuvres inédites exposées dans des lieux symboliques et prestigieux : six d’entre eux dans le bâtiment Justus Lipsius, et les quatre autres au Parlement européen, dans l’espace Léopold.

2022 sera résolument l’année européenne de la jeunesse, en arts et en culture !

« L’Étoffe de l’Europe », dans toute son ambition et sa diversité, constitue aussi le point de départ de la programmation culturelle pour la Présidence française de l’Union Européenne.

Au-delà des nombreux événements institutionnels prévus, une dizaine de projets emblématiques viendront donner corps et battre le rythme du grand élan européen auquel nous vous invitons tous.

De « L’Étoffe de l’Europe » au projet littéraire du Grand Tour, porté par Olivier Guez, de l’œuvre chorégraphique Danse l’Europe ! d’Angelin Preljocaj, à la Nuit des idées et au projet Café Europa 2022, la France entend faire vivre l’Europe de la culture dans l’ensemble des pays membres.

Sur notre territoire, ce ne sont pas moins de 100 manifestations qui sont prévues, portées par des établissements publics relevant du ministère de la Culture, des collectivités territoriales ou des acteurs associatifs.

Pendant les six mois à venir, la culture contribuera ainsi, de façon déterminante, à renforcer ces liens de cœur qui nous unissent tous en tant qu’Européens.

Je vous souhaite à toutes et à tous une excellente Présidence française de l’Union européenne, riche en émotions artistiques et en partage !

L’allocution filmée de Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Culture, à l'occasion de l'aménagement des installations artistiques du Conseil de l'Union Européenne, est disponible ICI