Madame Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Culture, a appris avec tristesse la disparition de Jean-Michel Boris.

C’est à 21 ans, en 1954, que Jean-Michel Boris est entré à l’Olympia en tant que machiniste. Dès lors, il consacrera toute sa vie à cette salle de spectacle devenue emblématique. Il est rapidement nommé directeur artistique puis, en 1979, succède à son oncle par alliance Bruno Coquatrix au poste de directeur général. 

Il assurera cette mission durant plus de trente ans, nouant un lien unique avec les plus grands musiciens français et internationaux qu’il invitait à se produire sur scène. Par sa volonté de partager sa passion pour la musique dans toute sa diversité avec le plus grand nombre, Jean-Michel Boris a préservé et transmis l’esprit singulier qui a fait de l’Olympia un lieu mythique apprécié des artistes comme du public. 

Roselyne Bachelot-Narquin adresse à sa famille, à ses proches, à tous ceux qui l’ont côtoyé et aimé, ses sincères condoléances.