Pierre Cardin nous a quittés hier à 98 ans, dont 84 années consacrées à sa passion, la couture. Figure incontournable de la mode en France, son œuvre restera gravée dans la mémoire populaire comme relevant de l’avant-garde pop, inventive et optimiste des années 60 et 70.

Pierre Cardin débute sa carrière en créant des costumes de scène. Il réalise notamment, avec Marcel Escoffier et Christian Bérard, des costumes et des masques pour La Belle et la Bête de Jean Cocteau.

Après avoir travaillé notamment auprès de Christian Dior, il fonde en 1950 sa propre maison de couture et crée ses premiers modèles de prêt-à-porter féminin à partir de 1963. Le lancement, trois ans plus tard, de sa collection “enfant” mettant en scène des fratries de triplés, a été l’un des temps forts de ces premières années.

Il a su très tôt s’adresser à une clientèle internationale, notamment asiatique. À partir de la fin des années 60, il est présent au Japon, puis en Chine. Pierre Cardin a trouvé en Asie une reconnaissance durable de son talent.

Le rayonnement de son univers créatif tient également à la grande diversification de ses activités : accessoires, parfums, bijoux, cosmétiques, linge de maison… L’empire construit par Pierre Cardin et dont il a conservé toute sa vie le contrôle doit beaucoup à cette vision commerciale d’avant-garde pour le secteur, démocratisant le luxe.

De nombreuses égéries l’ont inspiré, des actrices Lauren Bacall ou Jeanne Moreau à la danseuse étoile Maia Plissetskaïa.

Des expositions ont été consacrées à son œuvre dans les plus grands musées français et étrangers : au Metropolitan Museum de New York pour sa première rétrospective en 1980, mais aussi au Musée Sogetsu Kaikan de Tokyo, au Grand Palais à Paris ou encore, l’année dernière, au Brooklyn Museum à New York avec une rétrospective intitulée Pierre Cardin : Future Fashion. Un musée à Paris porte son nom et retrace toute sa carrière.

Son influence sur la mode demeurera considérable et de jeunes créateurs, comme Jacquemus, soulignent la force de sa vision créative et de son inventivité.

Pierre Cardin n’a cessé de rêver l’avenir et de nous emmener dans son sillage.

Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Culture, adresse ses plus sincères condoléances à ses proches.