Je m'associe de tout cœur à la peine du Sénégal, qui perd un ambassadeur aussi aimé que renommé : le percussionniste de légende Doudou Ndiaye Rose, disparu à l'âge de 85 ans.

Il avait été classé « Trésor humain vivant » par l'Unesco en 2006, tant il incarnait cet art ancestral du tambour et la culture sénégalaise, si chaleureuse et ouverte au monde.

C'est cette double dimension, musicienne et humaniste, accordée à une présence scénique à la fois majestueuse et électrisante, qui faisait son aura unique. Il restera dans le cœur des musiciens qui avaient eu la chance de jouer ou de collaborer avec lui.

C'était un ami fidèle de la France dont il avait porté les couleurs lors des célébrations du Bicentenaire de la Révolution française à Paris, en 1989. Avec son armée de batteurs, il avait alors interprété une « Marseillaise » renouvelée et vibrante.

J'exprime mon soutien à sa famille, et à tous les amoureux des rythmes qui montent du plus profond du cœur humain.