Alors que la 63e édition du Festival international du Film de Berlin approche de sa fin, je me souviens qu'il y a dix ans, le 11 février, disparaissait brutalement l'un de nos producteurs les plus prestigieux et en même temps les plus populaires : Daniel Toscan du Plantier, un homme au charisme universel et à la carrière rayonnante. Producteur de Pialat, Bresson, Losey ou Fellini... directeur général de Gaumont, président d'Unifrance et de la Cinémathèque de Toulouse, directeur d'Erato Disques et d'Erato Films...

La nouvelle de sa disparition brutale, à 61 ans, en pleine Berlinale, tel un acteur sur la scène, avait été un choc immense pour tous les amoureux du cinéma qu'il laissait orphelins, jeune encore et débordant de projets. Je veux lui rendre hommage en cette fin de Berlinale, au milieu de tous les siens ici présents : Catherine Deneuve, Isabelle Huppert, Juliette Binoche, Claude Lanzmann récompensé par l'Ours d'or d'honneur... Lui dire qu'il nous manque et qu'il manque au cinéma tel qu'il nous l'a fait aimer.