Mimi Barthélémy, conteuse, comédienne et écrivaine haïtienne, vient de nous quitter.

Curieuse de découvrir le monde, ses chemins de traverse l'avait amenée en Amérique du Sud, en Afrique, en République du Honduras, en Asie... Sa vocation de conteuse était née d'une quête personnelle sur son identité de femme haïtienne vivant loin de ses origines. Animée par l'amour des mots et la magie du verbe, Mimi Barthélémy, de sa belle voix aux inflexions si particulières, avait puisé dans la tradition orale d'Haïti. À travers ses contes mêlant le créole et le français qu'elle donnait en partage au public, seule ou accompagnée de ses musiciens, sur les scènes nationales et internationales, elle rappelait combien il était essentiel de connaître sa langue, sa voix et d'aimer d'où l'on vient pour savoir où l'on va.

Au Petit Contoire, elle présentait au public parisien les conteurs les plus prestigieux; elle avait aussi créé la compagnie Ti Moun Fou, dont le spectacle « La Dernière lettre de l'amiral » avait été récompensé par le prix Arletty de l'universalité de la langue française en 1992.

Bouleversée par le terrible séisme qui avait frappé Haïti en 2010, Mimi Barthélémy s’était fortement impliquée pour venir en aide aux siens, à ses frères et sœurs de cœur, et avait écrit le spectacle « Ma Planète après le 12 janvier ».

Si sa voix s'est éteinte à jamais, elle ne disparaît pas tout à fait grâce aux albums de ses contes qu'elle nous laisse en héritage.