Le Gouvernement prend acte de la démission d’Alain de Pouzilhac de la présidence de l’AEF et se félicite la décision du
conseil d'administration de l'Audiovisuel extérieur de la France, qui a souhaité que RFI et France 24 disposent de deux
rédactions distinctes au sein de l'AEF réformée.

Le ministre des Affaires étrangères et la ministre de la Culture et de la Communication, avec le ministre de l'Économie et
des Finances, ont confié le 5 juin 2012 à Jean-Paul Cluzel une mission d’évaluation de la fusion en cours à l'Audiovisuel
extérieur de la France (AEF), examinant la pertinence stratégique et l'impact des décisions prises. Le rapport a été remis
aux ministres le 25 juin 2012.

S'appuyant sur une analyse étayée des conditions de la convergence des médias notamment à la lumière d'exemples
étrangers et de l'organisation des rédactions, le rapport conclut que la fusion des rédactions de France 24 et de RFI
n’est pas pertinente compte tenu de l'identité et des missions de ces antennes, et de l'ambition de l’Audiovisuel extérieur
de la France.

En conséquence, Jean-Paul Cluzel préconise un AEF réformé, fondé sur la séparation des rédactions de France 24 et
de RFI, la reconstitution de deux directions d'antenne distinctes et la réaffirmation de l'identité et de la spécificité de
France 24 et RFI.

Considérant que sa mission était terminée, Alain de Pouzilhac a remis sa démission au Président de la République.

Le gouvernement salue le travail accompli par Alain de Pouzilhac dans la construction d’une chaîne française de
télévision d’information internationale.

La nouvelle direction de l’AEF aura à mettre en oeuvre les orientations stratégiques validées par le conseil
d’administration et à établir le nouveau projet d'organisation, fondé sur des rédactions distinctes pour RFI et France 24.
Ce projet sera préalablement soumis aux instances représentatives du personnel.

Enfin le Gouvernement souhaite que désormais France Télévisions se substitue à l’AEF dans le capital de TV5MONDE
dont la mission d'opérateur de la francophonie doit être poursuivie. Des contacts appropriés seront pris avec les États
francophones partenaires.