La communauté musicale perd l’une de ses plus grandes pianistes.

La disparition de Brigitte Engerer laisse la musique orpheline de l’une de ses
plus grandes interprètes tant la pianiste française était un être humain
exceptionnel au-delà de l’immense virtuose acclamée dans les salles du
monde entier.

Il n’y a pas beaucoup de qualités que l’on ne puisse prêter à cette femme qui
nous quitte bien trop tôt : le talent et la sensibilité, très vite repérés par les
plus grands avec qui elle a jouera tout au long de sa carrière, le courage
face à la maladie, qui ne l’éloignait jamais longtemps du piano, la générosité
humaine incomparable qui lui vaudra d’être adorée de tous.

Elle a porté au plus haut la communion avec le public lors de concerts
mémorables, tout en livrant au disque des interprétations inoubliables de la
musique romantique.

Brigitte Engerer, formée à l’école russe durant neuf ans au conservatoire
Tchaïkovski de Moscou, après avoir été lauréate du Prix Long-Thibaud, était
Commandeur de l’Ordre National des Arts et Lettres, de l’Ordre National du
Mérite et Chevalier de l’Ordre National de la Légion d’Honneur. Elle avait
reçu une Victoire d’honneur pour l’ensemble de sa carrière lors des Victoires
de la Musique 2011.