Guignol est orphelin. Jean-Guy Mourguet, son dernier papa, celui qui l'a fait
grandir et évoluer avec son temps, celui qui lui a donné son petit côté
chansonnier, a rejoint son ancêtre Laurent Mourguet, le créateur en 1808 de
cette belle figure qui, pour tous nos compatriotes, est synonyme de
marionnette. Plusieurs générations se seront ainsi succédées jusqu'à
aujourd'hui, toute une dynastie lyonnaise, depuis le jour lointain où, pour
nourrir sa famille, ce canut habile de ses mains inventa Guignol, puis sa
femme Madelon et son compère Gnafron.

Jean-Guy Mourguet était le directeur du théâtre municipal de Guignol dans le
Vieux Lyon, un lieu inspiré qui perpétue la tradition des spectacles de
marionnettes, au premier rang desquelles le remuant Guignol, né de la
rencontre entre le monde ouvrier contestataire et un art populaire par
excellence. Guignol est triste, mais il n'est pas seul. Le musée Gadagne de
Lyon et le musée-théâtre de Brindas s'occupent de lui. Les enfants de France
continueront à le réclamer. Il est immortel.