La compréhension du patrimoine à l’aune des grands défis climatiques, environnementaux et sociétaux a représenté le fil conducteur de ces deux journées d’études du 4 et 5 février.

Philippe Barbat, Directeur de la Direction générale des Patrimoines et de l’Architecture a montré comment la notion de patrimoine s'est élargie et complexifiée  au fur et à mesure d'un engouement croissant du public. Du patrimoine sensoriel des campagnes, en passant par le Matrimoine ou la restitution des biens culturels, c’est un large panorama du secteur et des débats actuels qui a été tracé.

La table ronde suivante résonnait tout particulièrement avec la thématique annuelle. Jacques Faye, membre du Bouclier Bleu et Jean-Marc Zuretti, chef du Service métropolitain de l’architecture et du patrimoine (SMAP) d'Ile-de-France, ont  évoqué les enjeux de protection et de préservation des patrimoines face aux aléas et risques climatiques. La résilience urbaine est l’une des clés pour y faire face, nécessitant l’implication de toute organisation.

C’est ensuite Charles Personnaz, Directeur de l’Institut National du Patrimoine (INP) qui est venu présenter la formation donnée aux futurs conservateurs et restaurateurs du patrimoine et ses nouveaux enjeux. Un retour rapide sur cette école trentenaire a pu montrer son ouverture sur le monde, dont l’expertise scientifique s’appuie sur des pratiques durables.

La matinée du 5 février a également apporté de nouveaux regards concernant le rapport et l’action des musées avec leur territoire. Xavier Rey, Directeur des Musées de Marseille, a tout d’abord dressé un panorama du réseau des musées de la ville avec ses défis, ses enjeux et ses réussites : un propos misant sur l’articulation du temps court et long dans la programmation, entre histoire ancestrale de la ville et évènements contemporains. Juliette Guépratte, directrice de la stratégie du Louvre-Lens a pour sa part rappelé la genèse de création de ce musée, situé sur un territoire riche d’histoires et de mémoires singulières. Mettre en lumière ses habitants, promouvoir une éthique de la relation avec l’accueil de chacun dans sa diversité, dans une idée d’appropriation du lieu est ce qui est ressorti des échanges.

Les auditeurs et auditrices ont également pu découvrir en détail l’action du Laboratoire de recherche des Monuments Historiques (LRMH), grâce à une présentation détaillée assurée par sa directrice Aline Magnien. Un large panel des matériaux étudiés ainsi que la mise en place de techniques de protection innovantes ont été abordés.

Pour clore ces deux journées, Catherine Pégard, Présidente de l’établissement public du Château du Musée et du Domaine National de Versailles et Vincent Poussou, directeur du numérique de la RMN-Grand Palais ont présenté de nouvelles perspectives au sujet du numérique dans les musées. La stratégie de ces deux grands établissements, avec leurs spécificités et leurs innovations, a été exposée, au regard notamment des actions mises en place pour permettre au public un accès aux richesses patrimoniales de ces deux établissements pendant cette période de fermeture.