Dans son clip « J’ai 40 meufs », le rappeur Morsay tient des proposintolérables, notamment à l’encontre des forces de sécurité de notre pays.

La liberté d’expression ne doit pas être le prétexte à des dérives incitant à la
haine ou à la violence. J’en appelle donc au sens des responsabilités des
dirigeants de radios, de chaînes de télévision et de sites Internet. J’en
appelle également aux internautes, pour qu’ils ne cautionnent ni
n’encouragent de tels excès.

Les médias et Internet doivent être des espaces civilisés d’échange et de
partage.
Pour le reste, si les bornes de la légalité ont été franchies, c’est à la justice
qu’il appartient de décider des mesures appropriées.