S’inscrivant dans la continuité de la réflexion engagée autour de lasculpture monumentale dans le jardin du Palais Royal, l’exposition «LeJardin emprunté» sera inaugurée le 18 mai 2010, par Frédéric Mitterrand,ministre de la Culture et de la Communication.

A la fois hommage et écho à l’Exposition Universelle de Shanghai, «Le Jardin
emprunté» présente des oeuvres d’artistes chinois vivant ou travaillant en
France : Huang Yong Ping, Shen Yuan, Yan Pei Ming, Wang Du, Yang Jiechang,
Chen Zen.
Huang Yong Ping met en place un discours critique des cultures occidentales et
orientales. Comme la plupart de ses oeuvres mettant en scène le règne animal,
au coeur de la vie dans la culture chinoise pour son caractère symbolique, il
présente un buffle empaillé « Immigrant sans papier », installé dans une carriole
à l’arrêt évoquant la monture traditionnelle du sage chinois Lao-Tseu.
L’oeuvre de Shen Yuan évoque l’histoire chinoise récente, le Barrage des Trois-
Gorges, désastre écologique, humain et culturel. Empruntant à l’art chinois de la
représentation du paysage, Shen Yuan sculpte dans ses « Ventres de Pierre »,
les déclinaisons de ce paysage ravagé.
Le travail de Wang Du s’organise autour de son obsession pour les médias dont il
extrait les images les plus frappantes, créant une « post-réalité », oscillant entre
monde réel et monde créé par les médias. « Les Modes », ses journaux
surdimensionnés et froissés en acier blanc jalonnent un parcours dans les
jardins.
Yang Jiechang propose, quant à lui, Eurasia, une utopie réalisée, une nation au
croisement de l’Asie et de l’Europe à laquelle il donne existence par un ballon
symbolisant des rencontres sportives.
L’installation de Yan Pei-Ming, « Pirate’s Flag », composée de drapeaux qui
flottent au vent est un regard porté vers l’avenir incarné par les visages de très
jeunes chinois, enfants d’immigrés aussi bien à l’intérieur du pays qu’à l’extérieur.
Le « Jardin Mémorable » de Chen Zen offre cinq vues en relief dédiées à la
contemplation du fabuleux jardin impérial chinois du Yuanmingyuan, détruit par
les troupes franco-anglaises en 1860. Ne subsiste de cet immense parc inscrit
dans la mémoire collective chinoise et qui abritait la flore et les paysages typiques
à chaque région de la Chine, que quelques dessins datant du 18ème siècle,
conservés à la Bibliothèque nationale de France.

Cette exposition, dont le commissariat est assuré par Solange Auzias de Turenne et Ami Barak,
bénéficie du soutien du ministère de la Culture et de la Communication et de l'association « Comité
du Palais Royal».
Exposition ouverte dans le jardin du Palais-Royal tous les jours de 7 heures à 22h15 du 13 au 31
mai et de 7 heures à 23 heures du 1er au 27 juin 2010.