L’un des plus grands orientalistes du XXe siècle vient de nous quitter.

Secrétaire perpétuel de l'Académie des inscriptions et belles-lettres,
depuis près de trente ans, Jean Leclant, durant sa longue et si
fructueuse carrière d’archéologue, aura dirigé plus d’une centaine de
fouilles à travers le monde.

Ancien membre de l’Institut Français d'Archéologie Orientale, agrégé
de géographie, docteur ès-Lettres, professeur émérite à la Sorbonne,
professeur honoraire au Collège de France, Jean Leclant avait aussi
mis en place le Service archéologique d'Ethiopie en 1952 et dirigé les
missions archéologiques françaises au Soudan et à Saqqarah.

Plus récemment et jusqu’en 2008, Jean Leclant avait lié des liens plus
particuliers avec le ministère de la Culture en présidant le Haut comité
des Célébrations nationales. C’était un très grand esprit, un grand
professeur aussi, qui possédait comme nul autre l’art de transmettre.
Son rayonnement était à la mesure de son immense érudition.
Il était de ceux qui, en explorant le passé des grandes civilisations,
savent le rendre lisible aux hommes d’aujourd’hui, pour les aider à
mieux comprendre le temps présent.