Hommage de Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de laCommunication, à Maurice Garrel

Avec Maurice Garrel, nous perdons un comédien singulier, un visage
familier du cinéma d'auteur.

Formé à l'art dramatique avec Charles Dullin et Tania Balachova, il avait
débuté en 1947 une carrière sur les planches. Il avait joué dans des
pièces de Brecht, Ibsen, Duras, Pinter, Marivaux... Il avait aussi été
pensionnaire de la Maison de Molière.

A la télévision, il avait joué dans de nombreuses oeuvres dramatiques
réalisées par Claude Barma et Marcel Bluwal. Plus tard, il était venu au
cinéma où, dirigé par Truffaut, Rozier, Rivette ou Sautet, il apparaissait
souvent dans des seconds rôles. On le retrouvait aussi régulièrement
dans les films de son fils Philippe Garrel, où il donnait la réplique à son
petit-fils Louis, désireux de perpétuer la tradition familiale. Il donnait toute
la mesure de son si grand talent dans des rôles de patriarche où il
promenait sa silhouette désabusée avec des éclairs d'ironie dans le
regard.