C’est avec une grande émotion que le Ministre de la Culture et de la Communication, Frédéric Mitterrand, a appris la mort de Roger Pierre.

Tous ceux qui ont fréquenté les cabarets parisiens - le Tabou, le Caveau de la République ou le Moulin-Rouge - se souviennent du couple hilarant qu’il constituait depuis 1947 avec Jean-Marc Thibault.

Ils ont aussi investi le « petit écran », comme on l’appelait à cette époque : certes «Les maudits rois fainéants» ou «Les z'heureux rois z'Henri» ne seront jamais au répertoire de la Comédie - Française mais ils sont désormais entrés dans celui de l’humour délicieux dépourvu de toute vulgarité.

Menant depuis 1976 des carrières séparées mais remarquables, Roger Pierre et Jean-Marc Thibault sont le parfait exemple d’une séparation réussie, d’une amitié jamais altérée par les enjeux de pouvoir médiatique, de carrières heureuses, au théâtre comme au cinéma.

Nous perdons avec Roger Pierre un talentueux artiste qui savait allier l’humour et l'impertinence avec élégance.