L’Ecole nationale supérieure des Beaux-arts occupe une place éminente dansle paysage artistique national et international. Elle dispose d’atoutsconsidérables au service de la formation des artistes, tant par la qualité de soncorps enseignant que par la richesse de son patrimoine et de ses collections.

Fort de son expérience acquise notamment à la tête du Palais de Tokyo et à la
Tate Britain, Nicolas Bourriaud devra poursuivre l’insertion de l’établissement
dans le processus de Bologne (licence – master – doctorat) et le positionner
comme un pôle d’excellence européen pour l’enseignement supérieur des arts
visuels, en lien avec le réseau des Ecoles nationales supérieures d’art. Il devra
renforcer les synergies entre les différentes composantes de l’Ecole,
développer la recherche, proposer un programme d’expositions innovantes et
renforcer le suivi des étudiants pendant et après leurs études. Il poursuivra
enfin le travail d’ouverture internationale conduit par Henry-Claude Cousseau.
Nicolas Bourriaud présentera un plan de développement de l’Ecole au conseil
d’administration présidé par Frédéric Jousset.
Six candidats avaient été retenus et auditionnés pour proposer au ministre de
la Culture et de la Communication un projet d’avenir pour l’Ecole nationale
supérieure des Beaux-arts
Le Ministre salue à cette occasion le travail accompli par Henry-Claude
Cousseau depuis sa prise de poste le 1er septembre 2000. Avec l’appui d’une
équipe pédagogique forte, il a permis à l’Ecole de relever les nombreux défis
qui se présentaient à elle, notamment l’intégration dans le LMD et le
rapprochement avec l’Université. Il laisse un bilan artistique remarquable dont
l’actuelle exposition « Soudain Déjà » en est une des manifestations les plus
convaincantes.
Nicolas Bourriaud est né en 1965. Critique d’art et commissaire d’expositions, il a
fondé et codirigé le Palais de Tokyo pendant six ans. Il a également été conservateur
pour l’art contemporain à la Tate Britain et professeur à l’université de Venise. Il a
publié plusieurs ouvrages, dont L’Esthétique relationnelle (Presses du Réel, 1998). Il a
notamment été le commissaire de la Tate Triennial (Londres), de la Biennale de Lyon
(2005), de la Biennale de Moscou (2005 et 2007), de la Nuit Blanche à Paris (2006) et
il a animé de nombreux séminaires dans des écoles d’art (Nice, Paris, Stockholm,
Houston, Copenhague, Londres, Sans Francisco…). Il est, depuis janvier 2010, chef
de l’Inspection de la création artistique à la direction générale de la création artistique
du ministère de la Culture et de la Communication.