Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, en accordavec Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères et européennes, anommé Dora Bouchoucha à la présidence de la commission du « Fonds SudCinéma » . Elle succède au cinéaste Mahmat-Saleh Haroun.

Productrice de cinéma, de nationalité tunisienne, Dora Bouchoucha est
engagée de longue date au service de la création et de la promotion des
cinématographies du Sud.
Par cette nomination, le ministre de la Culture et de la Communication
entend ainsi marquer toute l’importance qu’il attache aux missions et à
l’action concrète du « Fonds Sud Cinéma », dont l’objectif est de favoriser le
développement et la promotion des formes d’expression cinématographique
dans la soixantaine de pays pour lesquels les conditions de création de telles
oeuvres sont les plus difficiles à réunir.

Dora Bouchoucha, productrice, dirige aujourd’hui les Journées cinématographiques de
Carthage, festival biennal créé en 1966 à l’initiative du ministère tunisien de la Culture, avec
pour vocation de faire émerger sur la scène internationale les étoiles montantes des
cinématographies du Sud. Elle a également créé, en 1997, les ateliers Sud écriture, soutenus
entre autres par le ministère de la Culture et de la Communication (CNC) et destinés à
développer la formation et la pratique des scénaristes de cinéma issus des pays du Sud. Mme
BOUCHOUCHA enseigne elle-même le cinéma à l’Institut Supérieur des Arts Multimédia de la
Manouba (Tunis).
Le travail pédagogique de Dora BOUCHOUCHA au service des cinématographies du Sud se
nourrit naturellement de sa propre expérience de productrice qui l’a amenée à travailler aussi
bien sur le documentaire que sur les courts et longs métrages de fiction – et notamment sur
les films Sabrya, d'Abderrahmane Sissako (moyen métrage sélectionné à la Mostra de
Venise), La saison des hommes, de Moufida Tlatli, Barakat, de Jamila Sahraoui (primé lors de
la 20ème édition du Festival FESPACO de Ouagadougou) ou encore Satin Rouge, de Raja
Amari.