Une politique ambitieuse et volontaire de modernisation de l’Etat est mise en œuvre depuis deux ans. L’objectif poursuivi dans tous les ministères est connu : il s’agit, suivant une méthode clairement définie, d’évaluer la pertinence des missions de l’Etat et des établissements publics qui en dépendent, ainsi que l’efficacité avec laquelle ces missions sont remplies, dans le souci d’améliorer le service rendu à l’usager sans méconnaître un contexte de contrainte budgétaire.

Dans le cadre de cette démarche, toutes les missions du ministère de la Culture et de la Communication ont été confirmées.

La réforme de l’administration centrale, engagée il y a dix-huit mois, est en cours d’achèvement. Les autres chantiers de reforme décidés en décembre 2007 et en juin 2008 ont également presque tous abouti.

Comme prévu, les efforts réalisés par l’Etat s’appliquent depuis un an aux établissements publics. Ce processus de modernisation suscitent des réactions d’inquiétude auprès des agents de certains établissements parmi les 88 placés sous la tutelle du ministère de la Culture et de la Communication.

Si le Louvre a pu rouvrir ce matin, cinq établissements sont aujourd’hui encore totalement ou partiellement fermés, notamment pour des raisons de sécurité. Le taux de grévistes sur la totalité du ministère est de 1,5% et de 1,82% pour les établissements publics.

Pour autant, le Ministre reste très attentif à l’inquiétude des agents. Leurs représentants ont été reçus à plusieurs reprises et à chaque fois qu’ils l’ont souhaité, y compris par le Ministre. A chaque occasion, ont été rappelées sa détermination à réaliser l’objectif gouvernemental du non-remplacement d’un départ à la retraite sur deux et sa volonté d’engager avec eux un dialogue et des négociations au sein de chaque établissement sur les modalités de mise en œuvre de cette réforme nécessaire.

Le Ministre souhaite que la reprise prochaine d’un dialogue serein puisse permettre aux visiteurs de retrouver le chemin de nos institutions culturelles.