Le 22 novembre 2011 Frédéric Mitterrand a rendu hommage à Jean-Philippe Lecat, premier Ministre de la culture et de la communication de 1978 à 1981, en présence du Président Valéry Giscard d'Estaing, qui a tenu à honorer de sa présence cette manifestation. Une table ronde, organisée par le Comité d'histoire du ministère, animée par Jean Lebrun, historien et journaliste, a permis à de nombreuses personnalités de retracer les principaux aspects de la politique mis en œuvre par Jean-Philippe Lecat, qui reste pour beaucoup l'initiateur de « l'année du patrimoine ».

Jean-Philippe Lecat
 Ministre de la Culture et de la Communication
1978/1981

Le 6 mai 1978, Jean-Philippe Lecat devient, dans le 3ème gouvernement de Raymond Barre, le premier ministre chargé de la Culture et de la Communication.

S’il reste, pour beaucoup, l’initiateur de « l’Année du Patrimoine » (1980), son action est marquée à long terme, par l'élargissement de la notion de patrimoine et par la création de la direction du Patrimoine du ministère. Les musées (loi de programme, loi sur la protection des collections publiques, enrichissement des collections grâce notamment aux dations et à l’institution du fonds du patrimoine) et les archives (dotées d’une loi) ont aussi été l’objet de son attention. Le projet du musée d’Orsay a connu alors une évolution décisive. L’idée d’une Cité de la musique à La Villette, celle du Musée d’art et d’histoire du judaïsme datent de cette époque.

Les enseignements artistiques sont l’autre point fort de son ministère (augmentation des budgets de l’enseignement musical, ouverture du Conservatoire national supérieur de musique de Lyon). On retiendra également son action en faveur du cinéma (filiales cinéma-télévision, réduction de la TVA), ses initiatives dans le domaine du spectacle (nomination d’Antoine Vitez à Chaillot, création du Théâtre du Rond-Point pour la compagnie Renaud-Barrault), la prise en compte du cirque et de la chanson et, surtout, le soutien apporté aux artistes plasticiens par l’extension de la procédure du « 1% » à l’ensemble des constructions publiques.

On notera encore : une réforme en profondeur de l’organisation du ministère ; ses efforts, alors que la « bataille des radios libres » est lancée, pour trouver, avec la mise en place de radios locales au sein du service public, une solution à ce dossier très sensible ; le développement des relations interministérielles ; son rôle trop méconnu de représentant du Président de la République, notamment dans les pays du bloc communiste. Jean-Philippe Lecat a, enfin, manifesté un souci constant de traduire, dans les faits, le lien entre les domaines de la Culture et de la Communication (programmes culturels à la télévision, constitution d’un fonds de création audiovisuelle). La revue Culture et Communication est le reflet de cette politique placée sous le signe de la diversité et de l’imagination.