Afin de récompenser chaque année les thèses de doctorat qui représentent un apport essentiel aux politiques publiques de la Culture, le ministère accorde une aide financière à la première publication de la thèse.

Présentation du dispositif

Qu'est-ce que le prix de thèse "Valois", Jeunes chercheuses et chercheurs ?

Le prix de thèse "Valois", Jeunes chercheuses et chercheurs est une aide à la publication. Cette aide récompense chaque année 3 thèses de doctorat pour leur qualité, leur originalité et leur apport essentiel aux politiques culturelles du ministère de la Culture.

Objectifs de la démarche

Le prix de thèse "Valois" répond à deux objectifs :

  • contribuer au partage des savoirs
  • porter les résultats de la recherche sur les politiques de la Culture à la connaissance de la société et des décideurs

Les recherches

Quelles que soient les disciplines et les champs culturels (patrimoines, création, médias et industries culturelles, langues de France), les recherches porteront plus largement sur tous les aspects des politiques publiques culturelles : institutions, professions, socio-économie de la culture, etc...

Les recherches éclaireront les politiques ministérielles sur le temps long. Elles aborderont les questions d’accès à la culture, de transmission des savoirs et de cohésion sociale. Elles situeront également les politiques culturelles dans l’ensemble des politiques publiques en faveur du développement des territoires, y compris avec une dimension comparatiste.

Vous retrouverez ici les noms des lauréats et la présentation des thèses primées lors de l’édition 2023 :

Suis-je concerné(e) par cette démarche ?

Procédure

Thèses récompensées précédemment

Depuis sa création en 2017, le prix de thèse "Valois", Jeunes chercheuses et chercheurs a reçu de nombreuses candidatures relevant de diverses disciplines et émanant d’universités réparties sur l’ensemble du territoire. Ce prix a déjà récompensé dix-huit thèses, dont la diversité et l’intérêt des sujets constituent un apport essentiel à la réflexion sur les politiques publiques de la culture.

Les thèses suivantes ont ainsi été primées :

  • Micros de nuit. Histoire de la radio nocturne en France 1945-2012, thèse de doctorat en histoire contemporaine de Marine Beccarelli (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • À qui incombe la charge ? La responsabilité partagée du patrimoine culturel, une propriété revisitée, thèse de doctorat en droit de Marie-Sophie de Clippele (Université Saint-Louis, Bruxelles)
  • Musique, villes et scènes : Localisation et production de l’authenticité dans le rap en France et aux États-Unis, thèse de doctorat en géographie de Séverin Guillard (Université Paris Est)
  • Archives d'architectes en France, 1968-1998. Jeux d'acteurs et enjeux historiographiques autour de l'Institut français d'architecture, thèse de doctorat en histoire de l'art de Nina Mansion-Prud’homme (Université Bordeaux Montaigne)
  • Promesses de Patagonie, d’Araucanie et de Terre de feu. Stratégie de collecte et d’élaboration du savoir scientifique en France concernant l’Extrême-sud du continent américain (1878-1937), thèse de doctorat en histoire de l’art et histoire de Paz NÚÑEZ-REGUEIRO (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Universidad Nacional del Centro de la Provincia de Buenos Aires)
  • Artistes mais femmes. Formation, carrière et réputation dans l’art contemporain, thèse de doctorat en sociologie de Mathilde Provansal (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Vies encloses, demeures écloses. Le grand écrivain français en sa maison-musée (1879-1937), thèse de doctorat en littérature française de Marie-Clémence Régnier (Université Paris IV – Sorbonne)
  • Vers une nouvelle figure du droit d’auteur. L’affirmation d’une logique publique culturelle, thèse de doctorat en droit d’Émilie Terrier (Université de Poitiers, Faculté de Droit et Sciences sociales)
  • La condition internationale des architectes. Le monde en référence : représentations, pratiques et parcours, thèse de doctorat en sociologie de Laura Rosenbaum (Université de Bordeaux)
  • Relevé numérique d’art pariétal : définition d’une approche innovante combinant propriétés géométriques, visuelles et sémantiques au sein d’un environnement de réalité mixte, thèse de doctorat en Conception et Sciences de l’ingénieur de Violette Abergel (École nationale Supérieure d’Arts et Métiers – HESAM Université)
  • Les auteurs et autrices de bande dessinée : la formation contrariée d'un groupe social, thèse de doctorat en Sociologie de Pierre Nocérino (EHESS)
  • La production de la ville en contexte labellisé. Matera, capitale européenne de la culture en 2019, thèse de Doctorat en Architecture de Marina Rotolo (Université Paris Est)
  • Restaurer-projeter. Les manières d’Eugène Viollet-le-Duc, thèse de doctorat en Architecture de Bérénice Gaussuin (Paris Est - ENSA Paris-Malaquais).
  • Interprétation artistique et propriété intellectuelle : essai d’une théorie du voisinage des droits exclusifs au sein de la propriété littéraire et artistique, thèse de doctorat en Droit privé de Olivier Salomon (Université de Poitiers).
  • Le Festival international des Francophonies en Limousin : une histoire de la fabrique du théâtre africain francophone (1984-2018), thèse de doctorat en Études théâtrales de Amélie Thérésine (Université de Paris III Sorbonne Nouvelle).
  • Concilier monument et espace vivant : le projet de paysage comme démarche de restauration des jardins historiques, thèse de doctorat en aménagement et urbanisme d'Angèle Denoyelle (Université Paris-Est Sup / école doctorale Ville Transports et Territoires)
  • Faire école en temps de crises : héritages bâtis et réinvention des modèles à Montpellier et dans le Midi méditerranéen (XVIIIe-XXe siècle), thèse de doctorat en architecture de Théodore Guuinic (École nationale supérieure d'architecture de Montpellier & Université Paul-Valery Montpellier III)
  • L’État contre la norme. Le tournant des institutions publiques vers l’art d’avant-garde, 1959-1977 (Allemagne de l’Ouest, États-Unis, France), thèse de doctorat en histoire de l’art de Nicolas Heimendinger (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)

Exemples de thèses publiées :

  • Promesses de Patagonie. L'exploration française en Amérique australe et la patrimonialisation du « bout du monde », Paz Nuñez-Regueiro, Presses universitaires de Rennes (lauréate de l’Édition 2019 du Prix de thèse "Valois")
  • Vers une nouvelle figure du droit d'auteur. L'affirmation d'une logique publique culturelle, Émilie Terrier, Larcier Eds (lauréate de l’Édition 2019 du Prix de thèse "Valois")
  • Vies encloses, demeures écloses, Marie-Clémence Régnier, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. "Interférences", 2023 (lauréate 2019 du Prix de thèse "Valois")
  • Protéger le patrimoine culturel : à qui incombe la charge ?, Marie-Sophie de Clippele, Presses de l’Université Saint-Louis, 2020 (lauréate 2020 du Prix de thèse "Valois")
  • Interprétation artistique et propriété intellectuelle. Essai d'une théorie du voisinage des droits exclusifs au sein de la propriété littéraire et artistique, Olivier Salomon, Paris : L’Harmattan, coll. Le Droit aujourd’hui, 2023 (lauréat 2022 du Prix de thèse "Valois")

Une question ?

Pour toute question sur le prix de thèse "Valois", vous êtes invités à vous adresser au :

Comité d'histoire du ministère de la Culture et des institutions culturelles
prixdethese@culture.gouv.fr
01 40 15 79 51
182 Rue Saint-Honoré 75001 Paris

Le dépôt des dossiers au titre de l'année 2024 ouvre prochainement. 

 

En savoir plus

Prix de thèse Valois 2024, règlement_.pdf

pdf - 270 Ko
Télécharger