L’ancienne résidence du peintre Gustave Caillebotte, située à Yerres, ouvre ses portes au public le 14 juin, à la suite de travaux restituant son atmosphère et sa décoration du XIXe siècle.

L’art de vivre au XIXe siècle

A partir du 14 juin, le public peut découvrir la Maison Caillebotte, qui a retrouvé son atmosphère et sa décoration intérieure du XIXe siècle, témoignant de l’art de vivre de la bourgeoisie à cette époque. Le peintre Gustave Caillebotte a séjourné, de 1860 à 1879, avec sa famille dans cette villa néo-palladienne, aussi appelée « Casin ». Au rez-de-chaussée, le salon, la salle à manger et la salle de billard ont été entièrement redécorés et remeublés comme à l’époque du peintre. À l’étage, le parcours présente les trois frères de la famille Caillebotte : Alfred, Gustave et Martial, et leurs centres d’intérêt. L’ancienne chambre à coucher de Gustave Caillebotte est restituée à l’identique avec la présence exceptionnelle du mobilier original de l’ébéniste Biennais, acquis grâce au droit de préemption accordé par le ministère de la Culture. Sous les combles, l’atelier de l’artiste lui aussi restitué, accueille des toiles originales de Gustave Caillebotte, prêtées pour l’occasion et renouvelées régulièrement dont un prêt exceptionnel du musée d’Art et d’Histoire Baron Gérard de Bayeux, Portraits à la campagne. Le visiteur peut y admirer plusieurs toiles originales de Gustave Caillebotte représentant plus particulièrement le Casin et son intérieur.

Gustave Caillebotte, peintre et mécène

L’exposition dans l’atelier illustre le style singulier de ce peintre impressionniste à la formation académique qui préparait ses compositions à l’aide de nombreux dessins préparatoires. Les 90 tableaux réalisés par Caillebotte à Yerres sont marqués par la nature, en particulier l’eau, les moments de détente et les portraits. Son style se caractérise par une large gamme de couleurs et un fractionnement de la touche inspirée des Impressionnistes, même s’il perfectionne ses œuvres en atelier. Il reprend les thèmes chers aux Impressionnistes : effets de lumière, du mouvement, de l’eau, de matière, et y ajoute un sens aigu du cadrage et des perspectives. Avant d’être apprécié pour ses tableaux, Gustave Caillebotte était connu comme le mécène des Impressionnistes, leur achetant des toiles et leur apportant une aide financière, notamment à Claude Monet. En 1876, le don de sa collection d'Impressionnistes permettra l'entrée, après bien des rebondissements, de 40 œuvres dans les collections publiques (elles se trouvent aujourd'hui musée d’Orsay).

La Propriété Caillebotte entièrement réhabilitée

En 1860, le père du peintre Gustave Caillebotte acquiert cette résidence de campagne à Yerres. Construite au XIXe siècle, la Propriété comprend un parc avec en son sein une Orangerie au style néo-classique, une Ferme ornée aujourd’hui transformée en centre d’art et d’expositions, un kiosque au style oriental, un Exèdre, un châlet suisse, une chapelle et la Maison Caillebotte. Ce lieu a inspiré au peintre près de 90 toiles, dont une vingtaine prennent pour motif la rivière qui borde la Propriété.

Aujourd’hui labellisée « Maison des Illustres » par le ministère de la Culture et inscrite à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques, la Propriété a été restaurée à la suite d’importants travaux. La réhabilitation de la Maison Caillebotte, résidence familiale du peintre, constitue la dernière étape de ces travaux.