La publication des aides à la presse aide à mieux saisir la spécificité du secteur en France.

Transparence

La publication du montant des aides à la presse 2013 suit une logique de transparence, impulsée par la ministre de la Culture et de la Communication.

Une transparence qui répond selon Aurélie Filippetti au désir « d'informer le citoyen sur les sommes versées à la presse. »

Plus généralement, les aides à la presse concourent à la modernisation et la diffusion partout dans le pays d'une presse pluraliste.

Diversité

La presse locale (régionale et départementale) est la catégorie la plus aidée par l’État avec 65 titres subventionnés à hauteur de 96 millions d'euros.

Suivent la presse nationale généraliste avec une aide de 72 millions d'euros et les magazines d'information nationaux. Quelques exemples : le Figaro, le Monde et Aujourd'hui en France sont les titres les plus aidés. Par ailleurs, L’Humanité et l'Essor Affiches sont les titres qui, par exemplaire, récoltent le plus d'aide.

En quatrième position figurent les programmes télé, puis en cinquième position les titres de la presse féminine.

Seize titres de la presse professionnelle se partagent 5,9 millions d'euros.

Le montant total des aides à la presse avoisine en 2014 les 700 millions d’euros.