Liste des réponses Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 57

technique sculpture
désignation statue : gisant de la duchesse d'Alençon
localisation Centre ; Eure-et-Loir ; Dreux
édifice chapelle royale
notice édifice
dénomination statue
matériaux marbre (blanc) : taillé
dimensions h = 61 ; l = 229 ; la = 83
inscription signature ; date
précision inscription Signature et date : E. Barrias 1904
auteur(s) Barrias Louis-Ernest (sculpteur)
personnalité(s) Orléans Ferdinand d' (commanditaire)
siècle 1er quart 20e siècle
date(s) 1904
historique D'abord chapelle funéraire des Penthièvre, la chapelle royale de Dreux a été choisie pour devenir le sanctuaire de la famille d'Orléans en 1830. Des travaux ont été réalisés entre 1838 et 1844 pour accueillir les tombeaux de la famille dont 24 sont aujourd'hui conservés dans la chapelle classée en totalité au titre des monuments historiques depuis 1977. Cette chapelle conserve entre autre le gisant de la duchesse d'Alençon, née Sophie-Charlotte Auguste de Wittelsbach, princesse de Bavière (Munich, 1847-1897), la plus jeune sœur de l'impératrice Elisabeth d'Autriche (plus connue sous le diminutif de Sissi). Le 28 septembre 1868, elle épouse à Possenhofen, résidence des ducs en Bavière, le prince Ferdinand d'Orléans (1844-1910), duc d'Alençon, petit-fils du roi Louis-Philippe Ier et fils cadet du duc de Nemours (1814-1896). Vivant en exil, comme tous les membres de sa famille, il leur fallut attendre 1873 pour revenir en France, les Orléans ayant reçu l'autorisation d'y rentrer. La princesse eut une vie mouvementée, jusqu'à sa mort le 4 mai 1897 : Sophie-Charlotte périt brûlée vive dans l'incendie du Bazar de la Charité des Dominicains à Paris. En apprenant la tragédie, le duc d'Aumale fut foudroyé par une crise cardiaque et sa sœur, l'impératrice d'Autriche, prédit : nous mourrons tous de mort violente. Elle est assassinée à Genève l'année suivante par un anarchiste. Un gisant en marbre fut réalisé en 1910 par Charles-Albert Walhain (1877-1936). Il présente la défunte comme paisiblement endormie. En fait, il s'agit d'une seconde version du gisant, la première ayant été réalisée par le sculpteur Barrias qui connaissait bien le visage de la défunte pour avoir sculpté son buste quelques années auparavant. Louis-Ernest Barrias est un sculpteur français du XIXe siècle (Paris, 1841-1905). Issu d'une famille d'artistes, il entre à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris en 1858 où il délaisse la peinture pour s'orienter vers la sculpture sous la direction de François Jouffroy. A 23 ans, il obtient le Prix de Rome et est engagé sur le chantier de l'Opéra de Paris. Il produira par la suite de nombreuses oeuvres sculptées, la plupart en marbre. Le premier gisant jusqu'ici conservé dans les anciennes cuisines du domaine royal, en sous-sol, non accessible au public, fut inscrit puis déposé au musée d'art et d'histoire Marcel Dessal de Dreux, à la demande de la Fondation Saint-Louis, afin d'être présenté au public. Dramatique et pittoresque, ce gisant présente une élégante jeune femme au visage serein qui contraste avec le corps disposé en zigzag, les nattes déroulées parmi les décombres du bazar, les pieds croisés et les mains crispées. Lors du Salon de 1904, où le marbre fut présenté, certains admirèrent que l'artiste eût réuni : la Mondanité et la Mort que la destinée avait si brutalement poussées l'une vers l'autre. Paul Vitry jugea en revanche ce réalisme anecdotique et déplacé. Cette statue suscita beaucoup de répugnance auprès du duc dont la représentation réaliste l'effrayait un peu. Il tenta d'intervenir au niveau des maquettes auprès du sculpteur pour faire évoluer le modèle. Mais Barrias maintint son thème et finalement ce n'est qu'à sa mort que le duc décida de faire une nouvelle commande auprès de Charles-Albert Walhain pour le gisant qui, aujourd'hui, est conservé dans la chapelle de Dreux. On note par conséquent le poids de l'artiste qui a signé et daté cette oeuvre ainsi que le lien étroit avec la chapelle de Dreux, classée en totalité. Ce gisant ne fut jamais exposé dans la chapelle royale.
déplacement lieu de dépôt : Centre, 28, Dreux, musée d'art et d'histoire Marcel Dessal
protection MH 2014/02/27 : classé au titre objet
  Arrêté n° 007. CNMH du 14/02/2013. CDOM du 20/03/2012. Propriété de la Fondation Saint-Louis.
propriété propriété privée
sources Irène Jourd'heuil (conservateur des Monuments Historiques en région Centre)
type d'étude liste objets classés MH
copyright © Monuments historiques
date versement 2014/05/22
référence PM28000998
Contact service producteur
 
Protection des droits des auteurs de la base Palissy, des notices et des images :
Aucune exploitation, notamment la diffusion et la reproduction, intégrale ou par extrait, autre que celle prévue à l'article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle, de la base de données, des notices et des images de ce site ne peut être réalisée sans autorisation préalable du ministre chargé de la culture ou, le cas échéant, du titulaire des droits d'auteur s'il est distinct de lui, sous peine de poursuites pour contrefaçon en application de l'article L.335-3 du Code de la propriété intellectuelle.
1-200  201-400  401-600  601-800  801-1000  1001-1200  1201-1400  1401-1600  1601-1800  1801-2000  2001-2200  2201-2346 

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200

Requête ((commanditaire) :PERS )
Relations Synonymes=1 Spécifiques=9 Génériques=0