Liste des réponses Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 5

technique sculpture
désignation groupe sculpté : la Déploration du Christ
localisation Picardie ; Oise ; Saint-Martin-aux-Bois
édifice église Saint-Martin
notice édifice ;
dénomination groupe sculpté
matériaux calcaire : taillé ; décor dans la masse
description Pierre calcaire, taillée et sculptée, décor dans la masse. Taillé dans une pierre calcaire, le groupe de sculptures, formé de trois blocs principaux posés sur une terrasse de plusieurs blocs assemblés, ne représente pas une Mise au tombeau mais une Déploration ou une Lamentation sur le Christ mort. Certaines photographies soulèvent la question de l'existence d'un badigeon ou d'une polychromie qui devra être étudiée.
dimensions h = 160 ; la = 240 ; pr = 60
iconographie Déploration
commentaire iconographique Déploration du Christ mort, à laquelle participent la Vierge, saint Jean et Marie-Madeleine. Saint Jean soutient par les épaules le Christ descendu de la croix tandis que la Vierge se recueille, les mains jointes, et que sainte Marie-Madeleine, agenouillée à ses côtés, lui touche le bras. Il faut laisser parler l'oeuvre qui se caractérise par une dualité d'expression des personnages entre intensité et retenue des sentiments et une forte individualisation de l'apparence vestimentaire qui forment contraste. S'opposent ainsi la sobriété extrême de la Vierge et le costume somptueux aux multiples détails de Marie-Madeleine. Outre la virtuosité de l'exécution, sensible dans les drapés notamment, l'ensemble de la composition, qui invite à la contemplation, à la méditation, donne une œuvre d'une grande élévation spirituelle.
état manque
précision état Assemblages disjoints, quelques manques (extrémités) ; vestiges de polychromie ?
personnalité(s) Baudreuil Guy de (commanditaire)
siècle 1er quart 16e siècle
historique L'église de Saint-Martin-aux-Bois est l'église de l'ancienne abbaye des chanoines réguliers de saint Augustin, fondée à la fin du XIe siècle sur le plateau picard, à l'extrême nord du département de l'Oise, près de la Somme. De l'église, construite entre 1245 et 1260, ne subsiste que le choeur, à moins qu'elle soit restée inachevée, aucun indice ne permettant de trancher entre ces deux hypothèses. Cette construction très élancée est éclairée par de hautes verrières, majoritairement du XIIIe siècle. Le mot d'Henri IV à son propos (c'est la plus belle lanterne de mon royaume) prouve l'admiration durable qu'a suscité l'abbatiale. Parmi les chefs-d'oeuvre qu'abrite cette église paroissiale d'une commune de 150 et 200 habitants figurent les stalles qui forment un ensemble très bien documenté, et les verrières qui ont occulté d'autres oeuvres présentes dans cette église. Elle renferme des oeuvres majeures qui ne manquent pas de surprendre. L'église du XIIIe siècle est pourvue d'un appendice, construit au XVIe siècle pour un usage d'oratoire ou de sacraire, qui sert actuellement de sacristie. Cet ajout date de l'abbatiat de Guy de Baudreuil, commanditaire fort actif de l'abbaye entre 1492 et 1531. La porte donnant accès à cette pièce précieuse présente des lignes encore gothiques, mêlées à un vocabulaire Renaissance déjà développé. Coiffée d'un voûtement flamboyant, cette salle a été aménagée en sacristie lorsque les successeurs des chanoines réguliers, les Génovéfains, autre branche des Augustiniens, installés à l'abbaye à partir du milieu du XVIIe siècle, ont développé l'usage paroissial de l'église. Parmi un beau mobilier du XVIIe siècle se distingue au fond de la sacristie un groupe sculpté contemporain de la construction de cet oratoire-sacristie au début du XVIe siècle, puisque présumé commandé par l'abbé Guy de Baudreuil. Sa grande qualité plastique en fait un sommet de la sculpture du début du XVIe siècle. Les archives faisant défaut, l'oeuvre est mal documentée. Guy de Baudreuil, qui a la réputation d'un lettré, en est le commanditaire présumé.
protection MH 2017/02/23 : classé au titre objet
  Arrêté de classement n° 014. CNMH 27/06/2016. CDOM 16/02/2015. Inscrit au titre objet le 26/02/2015.
propriété propriété de la commune
sources Anita Oger-Leurent (conservatrice des monuments historiques)
type d'étude liste objets classés MH
copyright © Monuments historiques
date versement 2017/06/22
référence PM60005202
Contact service producteur
 
Protection des droits des auteurs de la base Palissy, des notices et des images :
Aucune exploitation, notamment la diffusion et la reproduction, intégrale ou par extrait, autre que celle prévue à l'article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle, de la base de données, des notices et des images de ce site ne peut être réalisée sans autorisation préalable du ministre chargé de la culture ou, le cas échéant, du titulaire des droits d'auteur s'il est distinct de lui, sous peine de poursuites pour contrefaçon en application de l'article L.335-3 du Code de la propriété intellectuelle.
1-200  201-400  401-600  601-800  801-1000  1001-1200  1201-1400  1401-1600  1601-1800  1801-2000  2001-2200  2201-2400  2401-2537 

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200

Requête ((commanditaire) :PERS )
Relations Synonymes=1 Spécifiques=9 Génériques=0