Liste des réponses Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 4

technique sculpture
désignation statue : Jupiter
localisation Ile-de-France ; Yvelines ; Vaux-sur-Seine
édifice château
notice édifice
dénomination statue
matériaux pierre : taillé
description Statues en pierre de Vernon (calcaire). Les dimensions sont approximatives (terrasse : h = entre 10 et 13 cm ; la = entre 63 et 65 cm ; pr = entre 60,5 et 65 cm).
dimensions h = 231 (avec terrasse) ; h = 13 (terrasse) ; la = 65 (terrasse) ; pr = 65 (terrasse)
commentaire iconographique Le dieu Jupiter debout, torse nu, pied gauche en avant, main gauche à la hanche, porte un grand manteau ou draperie jeté sur l'épaule gauche et le dos, revenant en avant sur la partie inférieure du corps sauf les pieds, drapé obliquement sur les hanches et retenu par le dieu de sa main gauche. Le visage s'orne d'une moustache et d'une barbe bouclée.
état manque
précision état Il manque le bras droit.
auteur(s) Anguier Michel (sculpteur)
personnalité(s) Fouquet Nicolas (commanditaire)
; Montarsy Pierre de (propriétaire)
; Seignelay Colbert de (propriétaire)
siècle 3e quart 17e siècle
date(s) 1660
historique Le château de Vaux est devenu la propriété de la famille Marochetti au début du XIXe siècle. Un certain nombre d'objets, dont des sculptures de Marochetti, conservés au château, ont été classés. Le sculpteur Carlo Marochetti s'est également attaché à agrémenter la demeure de sculptures diverses. Cette statue a été identifiée par Françoise de la Moureyre, historienne de l'art de la sculpture, lors d'une visite à Vaux. Nicolas Fouquet commanda à son sculpteur favori, Michel Anguier (1612-1686) trois statues en pierre de Vernon représentant Jupiter, Junon et Minerve pour Vaux-le-Vicomte, qu'il exécuta entre 1659 et 1661. Les statues ne furent pas livrées en raison de l'arrestation de Fouquet en 1661 et de son emprisonnement. Elles n'avaient pas été payées. Elles restèrent dans l'atelier du sculpteur jusqu'à leur vente par sa veuve au marchand-joaillier Pierre de Montarsy pour 850 livres. Celui-ci les vendit aussitôt en 1689 à Colbert de Seignelay qui les plaça à la terrasse supérieure des cascades du parc de son domaine de Sceaux, où leur présence est attestée jusqu'en 1793. Pendant la Révolution leur histoire est moins claire. Deux d'entre elles, Junon et Minerve, furent abritées par Alexandre Lenoir au musée des Monuments français, installé dans le couvent des Petits Augustins. Elles sont jugées médiocres. Junon est encore à l'Ecole des Beaux-Arts. Minerve a été déposée dans l'Orangerie du château de Sceaux. Le Jupiter semble avoir pris le même chemin et avoir été catalogué en 1810 au musée des Monuments français, en mauvais état. La statue de Jupiter a été échangée pour financer des travaux. Les dimensions de la statue de Jupiter de Vaux correspondent aux dimensions des statues de Junon et de Minerve et le matériau est le même, la pierre de Vernon. En 1652, Anguier modela six statuettes de dieux et déesses qui, un peu plus tard, donnèrent lieu à des séries de bronzes bien connues des amateurs. Parmi ces statuettes, un Jupiter foudroyant et une Junon jalouse. Or la Junon de l'Ecole des Beaux-Arts reprend rigoureusement la composition des Junon en bronze du modèle de Michel Anguier. Le Jupiter est lui aussi conforme aux Jupiter en bronze d'Anguier. Le Jupiter du château de Vaux semble avoir été acquis dans les décennies qui suivirent le passage aux Monuments français. Son bras droit, visible sur des photographies anciennes, est de nos jours perdu.
protection MH 2014/02/27 : classé au titre objet
  Arrêté n° 016. CNMH du 08/10/2013. CDOM du 06/12/2012. Inscrit au titre objet MH le 02/04/2013.
propriété propriété privée
sources Marie-Hélène Didier (conservateur des Monuments Historiques en DRAC Ile-de-France) ; service de la conservation des Antiquités et Objets d'art des Yvelines
type d'étude liste objets classés MH
copyright © Monuments historiques
date versement 2014/06/27
référence PM78001351
Contact service producteur
 
Protection des droits des auteurs de la base Palissy, des notices et des images :
Aucune exploitation, notamment la diffusion et la reproduction, intégrale ou par extrait, autre que celle prévue à l'article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle, de la base de données, des notices et des images de ce site ne peut être réalisée sans autorisation préalable du ministre chargé de la culture ou, le cas échéant, du titulaire des droits d'auteur s'il est distinct de lui, sous peine de poursuites pour contrefaçon en application de l'article L.335-3 du Code de la propriété intellectuelle.
1-200  201-400  401-600  601-800  801-1000  1001-1200  1201-1400  1401-1600  1601-1800  1801-2000  2001-2200  2201-2347 

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200

Requête ((commanditaire) :PERS )
Relations Synonymes=1 Spécifiques=9 Génériques=0