Liste des réponses Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 200

  Monuments historiques
technique patrimoine fluvial
désignation bateau de marchandises en vrac, transformé en asile de l'Armée du salut dit péniche Louise-Catherine, ex Liège
localisation Ile-de-France ; Paris ; Paris 13e Arrondissement
adresse quai d'Austerlitz
dénomination bateau de marchandises en vrac ; habitat flottant
matériaux ciment
structure fonctions successives ; caisson ; hélice ; pont discontinu ; dunette
description Equipement statique flottant. Coque en ciment armé, en béton de granulats de Seine, constituée de 3 caissons : le compartiment avant abritait l'appartement du marinier, le compartiment arrière le local du personnel
L'intervention de Le Corbusier est une intervention d'aménagement, il n'a à aucun moment modifié les structures en béton armé. Son travail d'architecte a consisté à surélever la barge pour y installer les équipements et la couvrir par un pont-promenade bordé de garde-corps : remontage et reprise des armatures des hiloires pour avoir un pont continu et pouvoir installer une surélévation de 1 mètre 35 au-dessus du pont, structurée par des poteaux et éclairée par des baies vitrées. Certaines des baies, montées sur châssis en bois, sont coulissantes pour assurer la ventilation. Les trois caissons sont parquetés et aménagés en dortoirs (capacité de 148 lits dont 128 superposés 2 à 2), des mezzanines sont créées à l'extrémité des trois compartiments pour ajouter des lits supplémentaires (la capacité totale de la péniche était de 198 couchages). 168 placards sont encastrés le long des varangues pour les affaires personnelles des hébergés. L'asile flottant était mobile, amarré à 5 mètres du quai par des cordages et guindeaux en chêne, et accessible par deux passerelles acier et bois. L'entrée se trouve sur la gravelaine de droite. La cuisine était à gauche de l'escalier, le réfectoire de 36 places à son débouché, sous les gravelaines sont aménagées les douches, toilettes et la chaufferie. La mise en couleurs de la péniche a été effectuée par l'architecte qui aurait utilisé les couleurs de l'Armée du salut, le bleu et le jaune. Sur le toit terrasse se trouve un mât central pour drapeau ; quand la péniche est inaugurée le garde-corps n'est pas posé et le jardin sur le toit à l'état de simple projet, mais on a la preuve qu'il a été réalisé partiellement en 1930. Le mobilier d'origine avait été également dessiné par Le Corbusier, il a presque totalement disparu lors des remises aux normes de confort postérieures : il reste les garde-corps, une chaise Thonet, trois placards et une jardinière. Les lits, les sanitaires et la porte à hublots de la gravelaine avant ont été changés.
dimensions longueur hors tout = 70 m ; largeur = 8 m ; tonnage = 3850 tonnes.
état changement de fonction ; hors état de marche
précision état conservé à flot, travaux de restauration en projet.
inscription inscription
précision inscription ARMEE DU SALUT / ASILE FLOTTANT.
auteur(s) Matériel Flottant (chantier naval)
; Jeanneret Charles Edouard, dit : Le Corbusier (architecte)
; Jeanneret Pierre (architecte)
; Montcocol (entrepreneur)
personnalité(s) Zillhardt Madeleine (commanditaire)
; Singer Polignac princesse de (commanditaire)
siècle 1er quart 20e siècle ; 2e quart 20e siècle
date(s) 1917 ; 1929
historique Chaland charbonnier construit par la société Le Matériel Flottant à Amfreville (27) en 1919, selon la technique de la coque en ciment armé. Il ravitaillait Paris en charbon depuis Rouen, où il était amarré. Désaffecté au sortir de la première guerre mondiale, il est racheté à l'Office national de la navigation en juin-juillet 1929 par l'Armée du salut, et transféré quai d'Austerlitz à Paris pour héberger temporairement les sans-abri qui vivaient, à l'époque, sur les quais de la Seine. La péniche prend le nom de LOUISE-CATHERINE en hommage à Louise Catherine Breslau, décédée en 1927, peintre et amie de Madeleine Zillhardt, mécène et initiatrice de l'idée d'asile flottant. Winnaretta Singer, princesse de Polignac, est l'autre mécène du projet. L'architecte Le Corbusier est chargé de l'aménager selon les normes de confort de l'époque, pour un coût de 92 000 francs, ce qui est peu pour un aménagement effectué dans le cadre d'une oeuvre sociale et met en pratique l'idée de Le Corbusier de réaliser une architecture moderne à des prix raisonnables ; Le Corbusier travaille en collaboration avec son cousin Pierre Jeanneret et l'entreprise parisienne Montcocol que l'on retrouve sur beaucoup de ses réalisations ; le chantier débute en juillet 1929 et s'achève en janvier 1930. Aménagements et mobilier portent la marque du style Le Corbusier : fenêtres carrées, minces colonnes, poteaux coffrés, placards à portes coulissantes... La LOUISE-CATHERINE sert pendant tout le 20e siècle d'abri d'urgence et de restaurant social pour les personnes en difficulté. Elle est amarrée successivement en aval du pont des Arts à Paris, l'été au pont du Pecq à Saint-Germain-en-Laye où elle sert de colonie de vacances, puis quai d'Austerlitz à Paris. Elle est fermée pendant la seconde guerre mondiale en raison de la dissolution de l'antenne française de l'Armée du salut, et rouvre en février 1950 pour accueillir vagabonds, chômeurs, anciens prisonniers, sortants d'hôpital... Cette réouverture s'accompagne d'un changement de mobilier et d'une modernisation, une autre importante campagne de rénovation a lieu en 1980. En 1994, la présence d'eau dans sa coque entraîne sa fermeture puis sa désaffection. Elle est vendue en 2006 à l'association LOUISE-CATHERINE SAS qui projette de la restaurer dans l'état de 1930 et de l'ouvrir au public.
protection MH 2008/12/09 : classé au titre objet
  Arrêté : péniche "Louise-Catherine" aménagée par l'architecte Le Corbusier pour le compte de l'Armée du Salut.
propriété propriété d'une association
bibliographie "Les bateaux en ciment armé". La Science et la Vie, n° 35, octobre 1917, p. 417-426 ; Pascale Laffite-Certa. "Esprits d'aventure". Europe 1, 30 juillet 2008 ; http : //www.arméedusalut.fr/hist_louisecatherine.html PHO propriétaire ; DOM
sources Archives de la Fondation le Corbusier ; Archives de l'Armée du Salut. Dossier de protection (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine)
exposition Paris 10e, Cité européenne des Récollets, 10-21 décembre 2008.
type d'étude liste objets classés MH
copyright © Monuments historiques
enquête 2008
date versement 2010/02/26
référence PM75004196
Contact service producteur
 
Protection des droits des auteurs de la base Palissy, des notices et des images :
Aucune exploitation, notamment la diffusion et la reproduction, intégrale ou par extrait, autre que celle prévue à l'article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle, de la base de données, des notices et des images de ce site ne peut être réalisée sans autorisation préalable du ministre chargé de la culture ou, le cas échéant, du titulaire des droits d'auteur s'il est distinct de lui, sous peine de poursuites pour contrefaçon en application de l'article L.335-3 du Code de la propriété intellectuelle.
1-200  201-400  401-600  601-800  801-1000  1001-1200  1201-1400  1401-1600  1601-1800  1801-2000  2001-2200  2201-2277 

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200

Requête ((commanditaire) :PERS )
Relations Synonymes=1 Spécifiques=9 Génériques=0