Liste des réponses Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 2

technique menuiserie ; peinture ; sculpture
désignation mémorial : triptyque, guerre de 1914-1918
localisation Bretagne ; Finistère ; Combrit
édifice église Saint-Tugdual
dénomination monument aux morts
matériaux bois : taillé, ciré ; toile (support) : peinture à l'huile ; cuivre : gravé
description Mémorial composé d'un meuble de M. Boucher, sculpteur à Scaër, de plaques de cuivre gravées par Mialin, graveur à Quimper et de trois toiles : Tranchée, Descente de croix et Nauffrage, signées par Lucien Simon et Charlotte Aman-Jean. Huile sur bois ciré pour la structure, plaques de cuivre gravées et huiles sur toile.
dimensions h = 250 ; la = 205 ; pr = 15 (mémorial) ; h = 60 ; la = 165 (toiles)
iconographie scène ; tranchée ; soldat ; Descente de Croix ; mer ; bateau ; marin ; mort
commentaire iconographique Tranchée : soldats dans les tranchées durant la guerre de 1914-1918 ; Descente de croix ; Nauffrage : marin dans l'eau, certains encore vivant espérant de l'aide tandis qu'au loin le paquebot sombre.
inscription inscription ; signature ; épitaphe
précision inscription Nom du graveur inscrit sur le monument ; toiles signées.
auteur(s) Boucher M. (ébéniste, sculpteur)
; Simon Lucien (peintre)
; Aman-Jean Charlotte (peintre)
; Mialin (graveur)
personnalité(s) Pedel (commanditaire)
siècle 1ère moitié 20e siècle
historique Le mémorial de la Guerre 1914-1918, situé dans l'église Saint-Tugdual, honore le lourd tribut payé par la commune de Combrit qui, au sortir de la Grande Guerre, comptabilise 140 morts sur le front. Quant aux blessés, ils seront recueillis dans la villa de l'amiral de Penfentenyo à Sainte-Marie, hameau dépendant de la commune de Combrit. Le monument aux morts est commandé par le chanoine Pedel, alors recteur de la commune, comme l'atteste la lettre de 1923 envoyée au peintre Lucien Simon, déjà connu pour ses nombreuses œuvres liées à la Grande Guerre. Cette même lettre fait mention de M. Boucher, ébéniste-sculpteur à Scaër, tandis que le nom du graveur Mialin de Quimper est révélé par l'inscription sur le monument, décoré de trois petites toiles signées de Lucien Simon et de sa fille Charlotte Aman-Jean. Le peintre Lucien Simon (1861-1945), d'origine parisienne, s'est consacré au portrait mais surtout à la peinture de scènes de la vie quotidienne et de la Bretagne en particulier. Selon le Bénézit, son dessin est très vigoureux, sa palette très chaude et colorée ; ces caractéristiques sont bien reconnaissables sur les petites toiles du monument aux morts. Elève au lycée Louis-le-Grand de Paris, Lucien Simon tout en peignant et dessinant, se destine à l'Ecole polytechnique. Au cours de son service militaire, il se lie d'amitié avec le peintre Georges Desvallières et suit, de 1880 à 1883, les cours de Tony Robert-Fleury et de William Bouguereau à l'Académie Jullian. Il expose au salon, où il acquiert une bonne réputation auprès de la société parisienne qu'il portraiture. Il épouse en 1891 la peintre Jeanne Dauchez, sœur du peintre breton André Dauchez. Ils auront quatre enfants, dont Charlotte, qui épousera François, fils du peintre Edmond Aman-Jean. Grâce à son épouse, il découvre la Bretagne et achète un sémaphore désaffecté à Sainte-Marine, qui deviendra sa résidence secondaire et son atelier de peinture, où il peint de nombreuses scènes intimistes et familiales. Obtenant la médaille d'or à l'exposition universelle de Paris de 1900, sa réputation ne cessera de croître, tant en France qu'à l'étranger, jusque dans les années 1920. Suite à sa rencontre avec Charles Cottet, il fréquente les artistes de la Bande Noire : Emile-René Ménard, André Dauchez, René-Xavier Printet, qui prend le contre-pied de la peinture claire des impressionnistes. En 1917, il est envoyé au front pour dessiner des scènes sur le vif. En 1923, il est nommé professeur à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris, puis est élu à l'Académie en 1927 et enfin nommé peintre officiel de la marine en 1933. L'Etat lui commande plusieurs oeuvres dont la Messe du Soldat et Le Sacrifice, martyre des soldats et des morts accueillis au Paradis par le Christ, pour l'église Notre-Dame-du-Travail à Paris, puis les décors de l'escalier du palais du Luxembourg, inaugurés en 1929, et composés de quatre toiles de grand format marouflées, qui s'associent au plafond peint par Maurice Denis. Il réalise plus tard trois toiles, pour l'abri du Marin au Guilvinec (toutes classées au titre des monuments historiques) et meurt en 1945 à Sainte-Marine. Il est enterré au cimetière de Combrit. Ce monument aux morts est en soi une œuvre originale, de belle facture, dans un style bien représentatif de son époque, où les artistes utilisent un vocabulaire décoratif aux lignes épurées, comme les vagues sculptées sur la partie haute. Le décor végétal très stylisé du sommet des pilastres et la graphie utilisée sont caractéristiques des années 1920-1930. Les trois petites peintures de Lucien Simon, conformes au souhait du chanoine, constituent un témoignage très important pour l'époque et s'inscrivent dans le corpus de la Première Guerre mondiale, qu'il a vécu de l'intérieur, et par la participation de son fils, qui est fait prisonnier et reste en Allemagne jusqu'en 1918.
protection MH 2015/07/02 : classé au titre objet
  Arrêté de classement n° 040. CNMH du 27/01/2015. Inscrit au titre objet le 02/04/2014 ; CDOM du 04/03/2014.
propriété propriété de la commune
sources Cécile Oulhen (conservateur des Monuments Historiques de Bretagne) ; conservation des antiquités et objets d'art du Finistère
type d'étude liste objets classés MH
copyright © Monuments historiques
date versement 2016/03/07
référence PM29004631
Contact service producteur
 
Protection des droits des auteurs de la base Palissy, des notices et des images :
Aucune exploitation, notamment la diffusion et la reproduction, intégrale ou par extrait, autre que celle prévue à l'article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle, de la base de données, des notices et des images de ce site ne peut être réalisée sans autorisation préalable du ministre chargé de la culture ou, le cas échéant, du titulaire des droits d'auteur s'il est distinct de lui, sous peine de poursuites pour contrefaçon en application de l'article L.335-3 du Code de la propriété intellectuelle.
1-200  201-400  401-600  601-800  801-1000  1001-1200  1201-1400  1401-1600  1601-1800  1801-2000  2001-2200  2201-2400  2401-2456 

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200

Requête ((commanditaire) :PERS )
Relations Synonymes=1 Spécifiques=9 Génériques=0