Liste des réponses Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 199

  Monuments historiques
technique peinture
désignation tableau et son cadre : la Pentecôte, ou la Descente du Saint-Esprit
localisation Auvergne ; Cantal ; Saint-Flour
édifice cathédrale Saint-Pierre
notice édifice
dénomination tableau ; cadre
matériaux toile (support) : peinture à l'huile ; bois : doré
dimensions h = 386, la = 255 cm.
iconographie Pentecôte
état oeuvre restaurée
précision état Restauration en 1996, du tableau par Jacques de Grasset (Avignon) et du cadre par Daniel Nicaud (Le Puy-en-Velay).
auteur(s) Champaigne Philippe de (?, peintre)
lieu de provenance lieu de provenance : Ile-de-France, 75, Paris, rue Saint-Jacques, couvent de carmélites (?)
personnalité(s) Médicis Marie de (?, commanditaire)
siècle 2e quart 17e siècle (?)
date(s) 1628
historique Il est proposé pour cette œuvre une attribution à Philippe de Champaigne. Ce serait le tableau manquant du cycle des carmélites du couvent de la rue Saint-Jacques à Paris. Cette commande de 1628 d'un cycle sur la vie de la Vierge pour l'église des Carmélites de la rue Saint-Jacques, dont la reine Marie de Médicis était bienfaitrice, constitue la première grande commande d'un ensemble ambitieux et monumental passé à Philippe de Champaigne.
La série comptait sept tableaux : le songe de saint Joseph, aujourd'hui au Louvre, œuvre ruinée qui a été assez rapidement déplacée ; une Résurrection de Lazare, à Grenoble ; une Nativité reconnue avec certitude, à Lyon ; une Adoration des Rois, détruite à Strasbourg lors de la guerre de 1870 ; une Présentation au Temple, à Dijon ; une Assomption, au musée du Louvre, et juste avant cette Assomption, une Pentecôte dans laquelle il est proposé de reconnaître ce tableau.
Dans le passé, beaucoup de tableaux ont pu être confondus avec ce tableau de la Pentecôte. Parmi ceux-ci, celui acheté par l'Etat pour le Val de Grâce, et qui provient effectivement du Collège des Carmélites de la rue Saint-Jacques, mais de la salle de la reine, et qui est plus tardif. L'autre tableau confondu, est celui envoyé dans l'église de Libourne, aujourd'hui au musée de Libourne, mais qui est attribué avec raison à Nicolas de Plattemontagne.
L'attribution du tableau de la Pentecôte restait à faire, et en recoupant les éléments stylistiques avec les éléments de dimensions , tout se corrobore. Concernant les analogies pour les types physiques, il évoque la Nativité, et également l'Assomption du Louvre qui constituent vraiment les œuvres stylistiquement les plus proches du tableau de Saint Flour.
Ainsi si l'on accepte cette hypothèse, ce tableau clôt un ensemble dispersé. On sait que les seules pièces non visibles aujourd'hui sont avec certitude, pour l'une détruite à Strasbourg, pour l'autre, ruinée au Louvre. Reste à a sa voir comment l'œuvre est arrivée à Saint-Flour ? Par les sources anciennes et les inventaires, on suit parfaitement. le tableau de 1640 à 1798. Les pistes sont ensuite brouillées, la prochaine trace que l'on a est une mention dans un petit guide de 1933 sur Saint-Flour, qui met le tableau au milieu de copies 19e siècle, ce qui a été la source de beaucoup de confusions.
protection MH 2011/04/26 : classé au titre objet
propriété propriété de l'Etat
type d'étude liste objets classés MH
nom rédacteur(s) Pons Guilaine ; Kientz Guillaume
copyright © Monuments historiques
enquête 2009
date versement 2011/11/25
référence PM15000769
crédits photo Pons, Guilaine (CAOA) - Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine (objets mobiliers), tous droits réservés
 
Contact service producteur
voir aussi Arrêté de classement numérisé
 
Protection des droits des auteurs de la base Palissy, des notices et des images :
Aucune exploitation, notamment la diffusion et la reproduction, intégrale ou par extrait, autre que celle prévue à l'article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle, de la base de données, des notices et des images de ce site ne peut être réalisée sans autorisation préalable du ministre chargé de la culture ou, le cas échéant, du titulaire des droits d'auteur s'il est distinct de lui, sous peine de poursuites pour contrefaçon en application de l'article L.335-3 du Code de la propriété intellectuelle.
1-200  201-400  401-600  601-800  801-1000  1001-1200  1201-1400  1401-1600  1601-1800  1801-2000  2001-2200  2201-2348 

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200

Requête ((commanditaire) :PERS )
Relations Synonymes=1 Spécifiques=9 Génériques=0