Liste des réponses Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 161

  Monuments historiques
technique peinture
désignation tableau : la Descente de croix
localisation Rhône-Alpes ; Loire ; Pélussin
édifice église Saint-Jean-Baptiste
dénomination tableau
matériaux toile (support) : peinture à l'huile
description Composition triangulaire dans la veine des Descentes de Croix de Jouvenet, Rubens et Le Brun.
dimensions h =300 ; la = 220
iconographie descente de croix ; Christ ; mort ; couronne ; épine ; clous ; instrument de la Passion ; linceul ; La Vierge ; larme ; douleur ; sainte Marie Madeleine ; saint Joseph d'Arimathie ; saint Jean ; La Croix ; échelle
commentaire iconographique Le Christ très pâle prend place au centre de la composition. Il est descendu dans un linge blanc en position assise. Saint Jean le soutient. La Vierge debout est en pleurs. Marie-Madeleine agenouillée a le pied du Christ dans sa main. En bas, agenouillé, Joseph d'Arimathie réceptionne dans un linge les instruments de la Passion (les clous et la couronne d'épines).
état oeuvre restaurée ; repeint
précision état Oeuvre restaurée : nombreuses restaurations et repeints, vernis très lourd. Intervention lors de son exposition : Pascale Deloddere (couche picturale), Philippe Boulet (cadre).
auteur(s) Sarrabat Daniel (peintre)
personnalité(s) Benay Pierre (commanditaire)
siècle 1er quart 18e siècle
date(s) 1705
historique La Descente de Croix de Le Brun se trouvait au couvent des Carmélites de Lyon à cette époque (commandée vers 1679 à Charles Le Brun par le Maréchal de Villeroy pour la chapelle de sa famille au couvent des Carmélites de Lyon). Cette toile est peinte par Daniel Sarrabat (1666-1748). Peintre parisien, il fit sa carrière à Lyon. A l'occasion d'une exposition récente au musée du Brou à Bourg-en-Bresse, la carrière de Sarrabat fut reconstituée par le commissaire de l'exposition, François Marandet qui a pu lui attribuer de nouvelles oeuvres. Daniel Sarrabat est né à Paris en 1666 dans une famille d'horlogers, de confession protestante. Il est apparenté au célèbre graveur Abraham Bosse, son oncle par alliance. Il se forme à Paris, auprès du peintre Bon Boullogne l'Aîné, et est lauréat du grand prix de l'Académie royale en 1688 avec le tableau Noé, sa famille et les animaux sauvés de l'arche, conservé au musée des Beaux-Arts de Lyon. A Rome, sa vie de débauche lui vaudra des menaces de renvoi de l'Académie. C'est en 1695 qu'il quitte Rome pour Lyon où il trouvera sa clientèle de commanditaires privés. Il y épouse la fille du peintre Gilles de Hainaut et est agréé à l'Académie royale de peinture et de sculpture en 1702. En ce début du XVIIIe siècle, il apparaît comme le meilleur peintre d'histoire à Lyon et dans sa région. Il mourra à l'hôtel-Dieu de Lyon en 1748, ce qui laisse à penser que le succès l'avait quitter. Il est à noter que Sarrabat poursuivit, tard dans le siècle, le style de Poussin. Plusieurs de ses oeuvres sont classées au titre des monuments historiques, comme le cycle de sainte Marie-Madeleine, conservé dans l'église de Thoissey, dans l'Ain, le cycle décoratif de la vie d'Hercule conservé à l'hôtel de l'Europe à Lyon ainsi que plusieurs tableaux à l'hôtel-Dieu. Cette Descente de croix correspond au début de la période florissante de sa carrière, à Lyon. Lors de son inscription en 2007, l'oeuvre n'était pas attribuée. François Marandet a comparé le profil de la Madeleine du Noli me tangere de Thoissey à la Madeleine de la Descente de croix et nota la similitude des coloris et une caractéristique de l'oeuvre de Sarrabat : des visages qui se dérobent au regard avec la présence de personnages-repoussoir. Poursuivant ses recherches dans les archives de l'Ardèche, il y trouva le testament du commanditaire Pierre Benay. Dans ce testament, daté de 1705, ce dernier demande à ce qu'une chapelle privée soit érigée à Virieu en sa mémoire et que l'autel soit décoré d'un retable représentant une descente de croix. Le nom de l'artiste n'est pas précisé dans le document d'archive. Suite à l'endettement de son fils, le retable est vendu en 1749, avec une grande partie de ses biens, à la famille. Par la suite, le tableau fut roulé et caché pendant la Révolution puis transféré à Lyon dans les années 1920. A cette époque, le tableau a déjà perdu son attribution. Il est dans l'église de Pélussin depuis 2010. Cette Descente de croix dérive de nombreux modèles en vogue à l'époque de sa réalisation. On note, en particulier, une similitude dans le visage de la Vierge avec celle de la Descente de croix de Charles Le Brun qui se trouvait au couvent des Carmélites de Lyon, commande passée en 1679 par le maréchal de Villeroy pour la chapelle de sa famille (tableau conservé au musée des Beaux-Arts de Rennes). On peut aussi le comparer à la Descente de croix de Rubens. Cependant, celle de Sarrabat est peu mouvementée par rapport aux deux autres. En outre, il a rétréci la taille de la croix pour se concentrer sur les personnages, qu'il a unifiés autour du Christ mort et des instruments de la Passion, ce qui fait son originalité. Avec la Descente de croix de Pélussin s'ouvre la période de maturité de l'artiste, qui s'illustra dès l'année suivante avec le cycle relatif à la vie de sainte Marie-Madeleine, commandé pour l'église de Thoissey. Ses oeuvres tardives sont moins mouvementées et les modèles, moins grands qu'au début de sa carrière, sont aussi plus figés.
protection MH 2013/03/04 : classé au titre objet
  Arrêté n° 010. Arrêté d'inscription le 25/09/2007.
propriété propriété d'une association
bibliographie Marandet François, Daniel Sarrabat (1666-1748), catalogue de l'exposition Bourg-en-Bresse, l'éclat retrouvé, 2011.
exposition L'éclat retrouvé, Bourg-en-Bresse, 2011.
type d'étude liste objets classés MH
copyright © Monuments historiques
date versement 2013/06/17
référence PM42001084
Contact service producteur
 
Protection des droits des auteurs de la base Palissy, des notices et des images :
Aucune exploitation, notamment la diffusion et la reproduction, intégrale ou par extrait, autre que celle prévue à l'article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle, de la base de données, des notices et des images de ce site ne peut être réalisée sans autorisation préalable du ministre chargé de la culture ou, le cas échéant, du titulaire des droits d'auteur s'il est distinct de lui, sous peine de poursuites pour contrefaçon en application de l'article L.335-3 du Code de la propriété intellectuelle.
1-200  201-400  401-600  601-800  801-1000  1001-1200  1201-1400  1401-1600  1601-1800  1801-2000  2001-2200  2201-2348 

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200

Requête ((commanditaire) :PERS )
Relations Synonymes=1 Spécifiques=9 Génériques=0