Liste des réponses Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 1

technique peinture
désignation peinture monumentale : La multiplication des pains
localisation Île-de-France ; Essonne ; Saint-Germain-lès-Corbeil
édifice église Saint-Germain
dénomination peinture monumentale
description Peinture monumentale de format rectangulaire occupant la totalité du mur du chevet derrière le maître-autel et représentant la multiplication des pains.
iconographie Multiplication des pains
commentaire iconographique Ce miracle de Jésus cité par les quatre Evangiles, intervenant après la décapitation de saint Jean-Baptiste et la guérison des malades, préfigure la Cène, dernier repas de Jésus avec ses disciples, établissant le rite de l'Eucharistie : le corps de Jésus (le pain) donné en sacrifice sur la croix pour sauver les hommes. Il y aurait eu deux multiplications des pains (la seconde citée exclusivement par Metthieu et Marc). A noter la grande luminosité et clarté de la palette chromatique employée par le peintre, avec prédominance de tons chauds (brun clair, rouge léger) contrebalancés par des tons froids (bleu clair du manteau du Christ et de trois autres personnages, ainsi que de l'arrière-plan figurant la mer). La scène est soigneusement composée selon une construction en V, répartissant les groupes de personnages à gauche et à droite de l'espace central, qui représente une sorte de trouée menant le regard au premier plan sur deux poissons jetés dans une corbeille remplie de pains, au deuxième plan sur la foule assemblée sur le rivage dans l'attente du miracle ; le lien entre les trois groupes de personnages (le groupe assemblé autour du Christ à gauche, celui de droite et la foule du rivage en arrière-plan) est assuré par des personnages secondaires (enfant à droite accourant vers le Christ avec un poisson dans la main, personnage central au second plan se dirigeant vers le rivage) ; quelques personnages seulement trahissent une certaine fébrilité ou agitation : groupe d'hommes à senestre sous les arbres, adolescent à dextre agenouillé, vieillard rompant le pain au premier plan, mais leur rareté conforte paradoxalement l'impression générale de sérénité appuyée sur la tonalité dominante des couleurs.
inscription signature ; inscription
précision inscription Signature en bas à droite : ALEXIS DOUILLARD. ; inscription sous la scène : hic est vere propheta qui venturus est in mundum [Or, ces gens ayant vu le miracle que Jésus avait fait, disaient : celui-ci est véritablement le Prophète qui devait venir au monde, Saint Jean, 6 : 14].
auteur(s) Douillard Alexis Marie Louis (peintre)
personnalité(s) Darblay (commanditaire)
siècle 4e quart 19e siècle
date(s) 1895 ; 1896
historique Oeuvre confiée au peintre Alexis Marie Louis Douillard (1835-1905), dans le cadre des importants travaux de restauration de l'église cammandités par la famille Darblay, riches industriels essonniens (travaux extérieurs à partir de 1861, intérieurs à partir de 1895-1896 sous la gouverne de l'architecte Louis Vollant, président de la fabrique et gendre du commanditaire). Alexis Douillard, peintre d'histoire spécialiste des grandes compositions religieuses et de la peinture dite de genre, élève de Flandrin et de Gleyre, exposa au Salon des artistes vivants de 1861 à 1881 ; il fut entre autres l'auteur du Couronnement de la Vierge, de la Cène et de saint Joseph (scènes de chevet de l'abbaye Saint-Julien à Tours, 1868-1895), de la Décollation de saint Paul (chapelle des Barnabites à Paris), de la Mort de saint Louis (église Saint-Louis de Paimboeuf) ou encore du Voeu de Mgr Fournier en 1871 (église Saint-Donatien-Saint-Rogatien à nantes, 1882). Il réalisa aussi un Christ en croix (église Saint-Merry de Linas). Belle facture et caractère rare des peintures monumentales de cette nature en Essonne à l'exception de la fresque de François Zbinden (1871-1936) dans la basilique Notre-dame-de-Bonne-Garde à Longpont-sur-Orge. Notice historique sur l'église Saint-Germain, 1897 : [...] le choix du sujet a lui-même donné lieu à quelques hésitations ; il était limité par la disposition même de l'autel. On ne pouvait placer au centre le ou les personnages essentiels ; ils eussent été masqués par l'exposition qui s'élève au-dessus du tabernacle. La nature même de la scène qu'il fallait représenter devait permettre à l'artiste de se conformer à ces exigences. La Multiplication des Pains ou le Sermon sur la Montagne, se prêtait particulièrement à cette disposition. Pour ce motif et d'autres encore, ce sujet a réuni tous les suffrages. On ne pouvait faire un choix plus heureux pour la décoration d'une église de la Brie, un de nos greniers d'abondance. L'exécution de cette peinture a été confiée à M. Douillard ; c'est dire l'importance qu'attachaient à cette oeuvre ceux qui, ayant entrepris la restauration de l'église Saint-Germain, voulaient terminer dignement ce travail. [...] les tons souples et l'ensemble traité à la manière d'un frottis, [que] la façon dont le peintre a compris les effets de perspective donnent à ce travail le caractère bien accusé de peinture murale. La même préoccupation se retrouve dans les couleurs sobres du ciel ; ici, tout en laissant à son oeuvre une allure franchement orientale, M. Douillard a su éviter certains effets de transparence peu compatibles avec la nature du fond. [...] l'heureuse disposition des principaux personnages et des groupes. [...] des précautions spéciales ont été prises pour éloigner les moindres traces d'humidité de l'enduit sur lequel la toile doit être marouflée [...].
protection MH 2011/05/06 : inscrit au titre objet
  CDOM : 31/03/2011.
propriété propriété de la commune
bibliographie Bulletin de la Société Historique et Archéologique de Corbeil, d'Etampes et du Hurepoix, pp. 20-26, 1895. ; Vollant, L., L'église de Saint-Germain-lès-Corbeil, extrait des mémoires de la Société Historique et Archéologique de Corbeil, d'Etampes et du Hurepoix, Creté, p. 63, 1897 ; L'Abeille de Seine-et-Oise du 23.02.1896 au 21.05.1897, 1839-1940. ; L'église de Saint-Germain-lès-Corbeil et la famille Darblay, Papyvore n° 24, pp. 12-15, 4e trimestre 2007.
sources documentation de la conservation des antiquités et objets d'art de l'Essonne : dossier de récolement, 2004 ; archives départementales de l'Essonne : 8V1 : séparation de l'Eglise et de l'Etat inventaire des biens mobiliers, 1906-1907 ; Monographie communale de Saint-Germain-lès-Corbeil, 1899.
type d'étude liste objets inscrits MH
copyright © Monuments historiques
date versement 2015/06/17
référence PM91002878
Contact service producteur
 
Protection des droits des auteurs de la base Palissy, des notices et des images :
Aucune exploitation, notamment la diffusion et la reproduction, intégrale ou par extrait, autre que celle prévue à l'article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle, de la base de données, des notices et des images de ce site ne peut être réalisée sans autorisation préalable du ministre chargé de la culture ou, le cas échéant, du titulaire des droits d'auteur s'il est distinct de lui, sous peine de poursuites pour contrefaçon en application de l'article L.335-3 du Code de la propriété intellectuelle.
1-200  201-400  401-600  601-800  801-1000  1001-1200  1201-1400  1401-1600  1601-1800  1801-2000  2001-2200  2201-2352 

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200

Requête ((commanditaire) :PERS )
Relations Synonymes=1 Spécifiques=9 Génériques=0