Liste des réponses Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 28

technique peinture ; menuiserie
désignation tableau et son cadre : Christ à la colonne
localisation Nord-Pas-de-Calais ; Nord ; Gravelines
édifice église Saint-Willibrord
notice édifice
dénomination tableau ; cadre
matériaux bois (support) : peinture à l'huile ; bois : taillé, doré
description Huile sur panneau de bois en un seul élément (bois feuillu indigènes, sans doute du châtaignier), préparation blanche. Cadre avec écharpes de coin.
dimensions h = 83,5 ; la = 60 (sans cadre) ; h = 107 ; la = 80 (avec cadre) ; la = 13 (cadre)
iconographie Christ souffrant ; à mi-corps ; colonne ; couronne ; lien ; saint Pierre ; prière
commentaire iconographique Le christ est figuré à mi-corps, lié à la colonne, il regarde vers le sol. A son côté, sans doute agenouillé, se tient saint Pierre repentant, mains jointes, les yeux levés vers le Christ dans une attitude de supplication. La juxtaposition des deux figures, qui ne correspond pas au récit de la Passion, traduit une intention mystique.
état oeuvre restaurée
précision état Oeuvre restaurée en 2007-2009 par Anne-Laure Feher et Chantal Bureau (couche picturale), François Servas (support bois), Sébastien David (remplacement du cadre), Patrick Mandron (mise en caisson microclimat).
inscription inscription concernant le donateur
précision inscription Inscription concernant le donateur au revers, manuscrite, difficilement lisible : donné à l'église de / Gravelines / Decarpentry maire / 1828.
auteur(s) Morales Luis de (peintre)
lieu d'exécution lieu d'exécution : Espagne
personnalité(s) Decarpentry Bernard Nicolas (donateur)
siècle 3e quart 16e siècle
historique L'attribution au peintre espagnol Luis Morales (né entre 1509 et 1517 à Badajoz en Estrémadure et mort en 1586 dans cette même ville), grand peintre mystique du XVIe siècle en Espagne, a été avancée en 2006 par Renaud Benoit-Cattin, conservateur régional de l'Inventaire Nord-Pas-de-Calais, puis confirmée par Odile Delenda et Ramon Navarrete. L'attribution a été justifiée par la comparaison avec d'autres tableaux de Morales, qui a peint deux Christ à la colonne à la demande de l'évêque de Badajoz qui était un de ses commanditaires les plus importants. Morales a fait l'essentiel de sa carrière dans cette petite ville du sud-ouest de l'Espagne. Il a été brièvement peintre attitré de Philippe II ; il a participé à la décoration de l'Escurial, mais le roi n'aimait pas son style et en particulier un Christ, et il a été renvoyé peu après à Badajoz. Le musée du Prado et Pierre Curie confirment cette attribution. Des oeuvres très proches se trouvent aux musées de Buenos Aires, de Cadix et de Lisbonne. Le thème iconographique est particulier, sans rapport avec les Evangiles. Louis Réau a souligné que le thème du Christ à la colonne est tout à fait propre à l'Espagne. Il a été également traité par Murillo. Il existe un rapport mystique très important entre saint Pierre (dont on voit le visage en bas à droite, levé vers Jésus) et le Christ. Un rapport très proche de proximité et de compassion existe entre les deux personnages. Ce mysticisme et une spiritualité très émotionnels, portés par les sens, on fait surnommer Morales par ses contemporains el divino en raison du mysticisme tout à fait particulier qui se dégageait de ses oeuvres. Ce mysticisme est à rapprocher d'ailleurs avec les exercices spirituels d'Ignace de Loyola, publiés à peu près à la même époque et dans lesquels Ignace de Loyola insiste sur cette spiritualité très émotionnelle. Une passion qui doit être incitée par la compassion et la douleur sensible, ainsi qu'avec larmes et souffrance. Cette tendance Jésuite peut s'expliquer ici aussi par le fait que l'évêque de badajoz, qui a commandé deux tableaux sur le thème du Christ à la colonne, était lui-même très proche des Jésuites. Comment ce tableau est-il arrivé dans les Flandres françaises ? A l'époque, les Flandres étaient les Pays-Bas espagnols, et il a pu y avoir des relations entre les Jésuites espagnols et les Jésuites flamands car en Flandres il y avait beaucoup d'établissements d'enseignement et de collèges Jésuites. L'autre possibilité serait les guerres de la Révolution et de Napoléon : l'Espagne avait été dévalisée par les armées. On ne connait pas l'histoire de ce tableau, on sait simplement qu'il a été donné à l'église de Saint-Willibrord de Gravelines en 1828 par le maire de cette commune, Bernard Nicolas Decarpentry (maire de Gravelines de 1813 à 1840), une inscription au dos du tableau le signale. Il s'agit peut-être d'une saisie révolutionnaire dans un établissement Jésuite qui n'était pas à Gravelines car il n'y en avait pas. C'est quelque chose de tout à fait unique dans la région. Nous ne connaissons aucune autre oeuvre espagnole dans la région Nord-Pas-de-Calais. Pour des raisons de conservation (variations climatiques), l'oeuvre se trouve au musée de la gravure de Gravelines, dans les fortifications de Vauban.
déplacement lieu de dépôt : Nord-Pas-de-Calais, 59, Gravelines, musée du dessin et de l'estampe originale
protection MH 2014/01/30 : classé au titre objet
  Arrêté n° 002. CNMH du 24/06/2008. CDOM du 20/12/2006. Inscrit au titre objet le 24/06/1982.
propriété propriété de la commune
sources Pierre-Yves Corbel (conservateur en chef du patrimoine) ; Anita Oger-Leurent (conservateur des Monuments Historiques) ; Philippe Hertel (conservateur en chef du patrimoine) ; Service de conservation des antiquités et objets d'art du Nord
type d'étude liste objets classés MH
copyright © Monuments historiques
date versement 2014/05/22
référence PM59001982
Contact service producteur
autre dossier dossier d'inventaire
 
Protection des droits des auteurs de la base Palissy, des notices et des images :
Aucune exploitation, notamment la diffusion et la reproduction, intégrale ou par extrait, autre que celle prévue à l'article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle, de la base de données, des notices et des images de ce site ne peut être réalisée sans autorisation préalable du ministre chargé de la culture ou, le cas échéant, du titulaire des droits d'auteur s'il est distinct de lui, sous peine de poursuites pour contrefaçon en application de l'article L.335-3 du Code de la propriété intellectuelle.
1-200  201-400  401-600  601-800  801-1000  1001-1200  1201-1400  1401-1600  1601-1800  1801-2000  2001-2200  2201-2400  2401-2600  2601-2800  2801-3000  3001-3200  3201-3400  3401-3600  3601-3800  3801-4000  4001-4200  4201-4400  4401-4600  4601-4800  4801-5000  5001-5200  5201-5400  5401-5600  5601-5800  5801-6000  6001-6200  6201-6400  6401-6600  6601-6800  6801-7000  7001-7200  7201-7400  7401-7600  7601-7800  7801-8000  8001-8200  8201-8400  8401-8600  8601-8800  8801-9000  9001-9200  9201-9400  9401-9600  9601-9800  9801-10000  10001-10200  10201-10400  10401-10600  10601-10800  10801-11000  11001-11200  11201-11400  11401-11600  11601-11800  11801-12000  12001-12200  12201-12400  12401-12600  12601-12800  12801-13000  13001-13200  13201-13400  13401-13600  13601-13800  13801-14000  14001-14200  14201-14400  14401-14600  14601-14800  14801-15000  15001-15200  15201-15400  15401-15600  15601-15800  15801-16000  16001-16200  16201-16400  16401-16600  16601-16800  16801-17000  17001-17200  17201-17400  17401-17600  17601-17800  17801-18000  18001-18200  18201-18400  18401-18446 

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200

Requête ((peintre) :AUTR )
Relations Synonymes=1 Spécifiques=9 Génériques=0