Liste des réponses Affiner la recherche Autre recherche
Réponse n° 1

  Monuments historiques
technique patrimoine maritime
désignation bateau de charge puis bateau école (trois-mâts barque, antillais) : Belem, ex Giorgio Cini, ex Fantôme
localisation Pays de la Loire ; Loire-Atlantique ; Nantes
lieu-dit Port
édifice port
dénomination bateau de charge
matériaux acier
description Coque en métal, acier riveté.
dimensions l h. t. = 58 m ; l coque : 51 m ; la = 8,80 m ; creux : 4,90 m ; jauge brute : 551,63 tx ; tirant d'eau : 4,57 m
état en état de marche
précision état Restauré. Apte à la navigation (L. Fournier, 2013)
inscription inscription
précision inscription inscription concernant l'appellation : BELEM
auteur(s) Dubigeon (chantier naval)
lieu d'exécution lieu de fabrication : Pays de la Loire, 44, Nantes-Chantenay-sur-Loire
siècle 4e quart 19e siècle
date(s) 1896
historique Trois-mâts barque construit en 1896 par les Chantiers Adolphe Budigeon à Chantenay-sur-Loire près de Nantes, pour l'armateur Fernand Crouan ; il est affecté à la ligne du Brésil en relation avec le port de Parà ou Belem auquel il doit son nom ; du Brésil il rapporte du cacao pour les chocolateries Menier et des Antilles du rhum et du sucre. Vendu à plusieurs reprises, d'abord en 1907 à Demange Frères de nantes puis en 1909 à l'armement nantais Fleuriot et Cie et au duc de Westminster le 11 février 1914. Son nouvel armement à la plaisance entraîne d'importantes modifications réalisées au chantier Camper et Nicholson à Gosport. Il est alors doté de 2 moteurs et de 2 hélices et subit d'importantes modifications (surélévation de la dunette entourée de balustres, construction d'un faux pont dans l'ancienne cale, aménagement de cabines et d'un rouf). Il est vendu en 1921 au brasseur irlandais A.E. Guiness qui le rebaptise Fantôme II. Désarmé à Cowes pendant la Seconde Guerre mondiale, il est vendu en 1951 à la fondation italienne Cini de Venise pour service de voilier-école sous le nom de Giorgio Cini. Il est regréé alors en trois mâts goélette. En 1971, il est cédé pour une lire symbolique aux carabiniers italiens quie le cède à un chantier de Venise pour le remettre en état. Il retrouve son gréement de trois mâts barque. il est racheté enfin par la France en 1979, par l'Union Nationale des Caisses d'Epargne de France et revient à Toulon puis à Brest grâce au soutien logistique de la Marine nationale. Il est cédé 2 ans plus tard à la fondation Belem créée en 1980 (nombreux travaux de restauration de 1988 à 1990 puis de 1992 à 1995).
protection MH 1984/02/27 : classé au titre objet
  Liste départementale : navire de commerce ?
propriété propriété privée
bibliographie Le Petit Perroquet, 1978, n°23, p. 59-61 ; Gosse, Luc-Olivier, Belem ou le destin d'un navir, Grenoble, ed. Terre et Mer, 1984, 221 p. ; Le Belem fait peau neuf, Chasse Marée, 1990, n°49, p.52-55 ; Belem, patrimoine restauré en Pays de la Loire, n°2, Nantes, Ministère de la Culture, CRMH, 1993 ; Hillion, Daniel, Le Belem, histoire d'un grand voilier nantais, Chasse-Marée, 1996, n°100, p. 24-37 ; Abranson, Erik C., Beken de Cowes, les grands voiliers du Monde, Paris, Albin Michel, 1995, p. 44-45.
type d'étude liste objets classés MH
copyright © Direction du patrimoine, 1992
date versement 1992/10/12
référence PM44000353
Contact service producteur
 
Protection des droits des auteurs de la base Palissy, des notices et des images :
Aucune exploitation, notamment la diffusion et la reproduction, intégrale ou par extrait, autre que celle prévue à l'article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle, de la base de données, des notices et des images de ce site ne peut être réalisée sans autorisation préalable du ministre chargé de la culture ou, le cas échéant, du titulaire des droits d'auteur s'il est distinct de lui, sous peine de poursuites pour contrefaçon en application de l'article L.335-3 du Code de la propriété intellectuelle.


1

Requête ((PM44000353) :REF )
Relations Synonymes=1 Spécifiques=9 Génériques=0