MUSEOFILE
Répertoire des musées français

 

Nouvelle recherche Nouvelle recherche     Affiner la recherche Affiner la recherche     Liste des réponses Liste des réponses    

Réponse n° 1    
image
 

Musée des Beaux-Arts et d'Archéologie

 

Musée de France, au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

42, Place Abel Surchamp

 

33500

 

Libourne

05 57 55 33 44

Fax

05 57 55 33 76

http://

www.ville-libourne.fr/mes-loisirs/150-le-musee.html

musees@mairie-libourne.fr

Copyright photo

Musée des Beaux-Arts et d'Archéologie Photo S. Bois-Prévost

Thématiques principales

Archéologie ; Arts décoratifs ; Beaux-Arts ; Civilisations extra-européennes ; Ethnologie ; Histoire

 

Oeuvres du musée dans la base Joconde

Accès

Parc de stationnement (Souterrain, devant l'établissement)
Bus
Gare desservie
Voies navigables (Dordogne et Isle)

Services

bibliothèque ou centre de documentation ouvert aux chercheurs sur rendez-vous ; photothèque
services commerciaux : librairie, carterie

Activités culturelles

Expositions temporaires
Conférences, concerts, projections
Le public scolaire est accueilli au musée des Beaux-Arts et à la Chapelle du Carmel pour des visites guidées et commentées autour des collections permanentes et des expositions temporaires : visites et ateliers gratuits (sur rendez-vous - durée de l’animation : 1 heure environ). Il est nécessaire que les enseignants préparent la visite avec la responsable du service pédagogique du musée. Renseignements au 05 57 55 33 44.
Les ateliers des enfants : à chaque période de vacances, le musée des Beaux-Arts organise des ateliers, les Pattes Bleues, destinés aux enfants de 6 à 12 ans. Ils peuvent expérimenter l’art et ses techniques autour des oeuvres des collections permanentes ou des expositions temporaires et emprunter tous les chemins de la créativité et de l’expression plastique. Ateliers gratuits - inscription obligatoire. Pour connaître les calendriers et programmes, contactez le musée des Beaux-Arts au 05 5755 33 44

Equipements

Circulation fauteuils roulants : salles expositions (totale), services commerciaux (totale)

Historique des collections

Le musée des Beaux-Arts de Libourne est né de la volonté du duc Elie Decazes (1780-1860). A partir de 1818, alors qu'il venait d'être nommé Ministre de l'Intérieur par Louis XVIII, il fit envoyer à dans sa ville natale des oeuvres majeures qui seront les premiers dépôts de l’Etat et le fonds constitutif du musée des Beaux-Arts. Tout au long du XIXe, du XXe siècle et aujourd’hui encore, profitant de donations, de legs (Brulle, Giboin, d’Alibert, Moueix…), d'achats et de dépôts de l’Etat, le musée s’est enrichi considérablement.
Accueillies jusqu’en 1836 au Couvent des Ursulines, site de l’actuelle Médiathèque municipale, les collections furent transférées par la suite dans les locaux de l’Hôtel de Ville datant du XVe siècle et agrandi à la fin du XIXe siècle.
Actuellement, un choix d'œuvres appartenant aux collections du musée des Beaux-Arts est présenté au deuxième étage de l’Hôtel de Ville dans les salles d’expositions permanentes rénovées et restructurées en 2010.
La chapelle du Carmel est devenue, depuis la fin des années 1980, la salle d’exposition temporaire du musée des Beaux-Arts. Deux expositions y sont proposées annuellement.

Atouts majeurs

Peintures, sculptures, dessins et estampes des écoles française, italienne, hollandaise et flamande datant du XIVe au XXe siècles :
Parmi les peintures les plus remarquables, figurent :
- Le Portrait d'une Dame de qualité attribué à Sofonisba Anguissola (1530-1620),
- Le Christ chassant les Marchands du Temple de Bartolomeo Manfredi (1582-1622),
- Trois Têtes de Vieillard du peintre baroque flamand Jacob Jordaens (1593-1678)
- Le Retour du Fils prodigue du vénitien Gerolamo Bassano (1566-1621)
La peinture néoclassique et la peinture d'histoire du début du XIXe siècle sont représentées par L'Etat primitif de l'Homme de Jean-Charles-Nicaise Perrin (1754-1831) et la Réception du Duc et de la Duchesse d'Angoulême venant présider les élections législatives à Bordeaux en 1815 de Benjamin de Rolland (1777-1855)
La peinture locale du XIXe siècle est représentée par Théophile Lacaze (1799-1846), peintre d'histoire romantique et par le peintre animalier René Princeteau (1843-1914), ami et maître de Toulouse-Lautrec. Le musée conserve un riche ensemble de peintures, aquarelles, dessins de Princeteau, sur le thème des chevaux comme Avant le départ, La Banquette irlandaise ou L'Amazone.
Les oeuvres de Raoul Dufy (1877-1953), Léonard Foujita (1886-1968), Roland Oudot (1897-1981) et d'Yves Brayer (1907-1990) témoignent des recherches stylistiques des artistes réalistes de la première moitié du XXe siècle.
Parmi les sculptures les plus remarquables, figurent :
Saint Jean-Baptiste, albâtre, Espagne ( ?), début du XVe siècle,
Scènes du Jugement Dernier, 3 plaques d’albâtre, Angleterre, XVe siècle,
La France éplorée sur le buste de Louis XV par Etienne Maurice Falconet (1716-1791) et Augustin Pajou (1730-1803),
Elie, duc Decazez et de Glucksbierg par Jean-Louis-Nicolas Jaley (1802-1866)
Buste de la doctoresse Fabre par Charles Despiau (1874-1946)
En outre, sont présentés des verres émaillés réalisés par le libournais Nicolas Jean Alphonse Giboin (1828-1921).

Thèmes des collections

Antiquités etrangères : Grecques et romaines ; Archéologie nationale : Préhistoire, Protohistoire, Gallo-romain, Paléo-chrétien, Médiéval, Moderne ; Art moderne et contemporain ; Art religieux ; Arts décoratifs : Verrerie ; Beaux-Arts : Dessin, Estampe et Affiche, Sculpture ; Civilisations extra-européennes : Africaines, Américaines, Asiatiques, Océaniennes ; Collections militaires : Armes, Artillerie, Uniformes, Armures ; Photographie, Moulages, Numismatique ; Ethnologie : Métiers et Outils ; Histoire : Histoire locale et régionale ; Musique : Instruments ; Sciences de la nature : Herpétologie, Minéralogie

Artistes

Sofonisba Anguissola, Bartolomeo Manfredi, Jacob Jordaens, Gerolamo Bassano, Jean-Charles-Nicaise Perrin, Benjamin de Rolland, Théophile Lacaze, René Princeteau, Raoul Dufy, Léonard Foujita, Roland Oudot, Yves Brayer

Protection bâtiment

Classement au titre des Monuments Historiques

Protection espace

Secteur sauvegardé

Intérêt architectural

L'hôtel de ville, dans son aspect actuel, date de 1908-1914. La nouvelle construction de Bontemps, Frances, Rapine, a été menée dans un style néogothique richement décoré (vitraux, cheminées, boiseries).

Tourisme

Le musée fait partie de l'ensemble classé de la Place de la Bastide.

 

M0072


  

1